«N'oubliez pas les compressions», implore l'AFPC

«Il y a eu tellement d'attaques, qu'on ne... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

«Il y a eu tellement d'attaques, qu'on ne pourrait pas toutes les nommer. Mais il y a un consensus au niveau syndical à travers le pays. Il n'est pas question de maintenir la tendance» explique Larry Rousseau, vice-président exécutif de l'AFPC pour la région de la capitale nationale.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

L'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) vient de publier une liste de huit enjeux qui devraient influencer le vote de ses 175 000 membres, leur rappelant que les élections fédérales de 2015 donnent «une excellente occasion de remettre le pays sur la bonne voie».

«Lorsque vous irez voter cette année, n'oubliez pas les compressions imposées par le gouvernement conservateur à nos précieux services publics», lit-on sur le site de l'AFPC. «Il y a eu tellement d'attaques, qu'on ne pourrait pas toutes les nommer. Mais il y a un consensus au niveau syndical à travers le pays. Il n'est pas question de maintenir la tendance» explique Larry Rousseau, vice-président exécutif de l'AFPC pour la région de la capitale nationale.

Son syndicat n'a pas l'intention de dire à ses membres comment voter. «Nos membres sont assez intelligents pour tirer la bonne conclusion. On entend ad nauseam que les syndicats disent à leurs membres quoi faire. Mais ce que nous faisons, c'est informer nos membres», a nuancé le dirigeant syndical.

Les huit enjeux touchent l'abolition d'emplois et les compressions dans les services publics, les services de garde d'enfants, les modifications à l'assurance emploi, la sécurité de la retraite, les soins de santé, les droits de la personne, l'environnement et les anciens combattants.

Au cours des dernières années, le gouvernement conservateur a aboli 26 000 emplois dans la fonction publique et compte en éliminer 9000 autres. M. Rousseau ajoute que près de 10 000 postes ont été abolis dans la région, et cela a un impact direct sur l'économie régionale.

«Allez demander à des agents d'immeubles, des commerçants. L'économie a ralenti. Dans la construction, les rénovations, les gens sont plutôt conservateurs dans leurs prévisions de dépenses ce printemps.

Les intentions d'embauche sont également à la baisse. Les postes à durée déterminée, ce n'est pas la même chose qu'un poste permanent. Ce n'est pas le même niveau de confort. La cote de crédit n'est pas la même», a indiqué M. Rousseau.

L'AFPC déplore également les attaques faites au régime de sécurité de la retraite.

«Après l'augmentation de leurs assurances, qui coûtent 300 $ de plus par pensionné, les gens se demandent maintenant si le gouvernement touchera à l'indexation de leur pension de retraité du gouvernement fédéral. Ce serait épouvantable de jouer ainsi avec les pensions. Déjà, beaucoup de retraités ont du mal à joindre les deux bouts. Sans pension indexée, beaucoup de ces gens-là n'arriveraient plus.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer