Santé mentale dans la fonction publique

L'APEX salue l'entente de principe

L'Association professionnelle des cadres supérieurs de la fonction publique... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

L'Association professionnelle des cadres supérieurs de la fonction publique (APEX) salue l'entente de principe intervenue jeudi dernier entre le gouvernement et l'Alliance de la fonction publique du Canada pour la création d'un groupe de travail conjoint sur la santé mentale.

«Nous nous réjouissons des possibilités potentielles de contribuer à l'important travail de ce groupe de travail conjoint et de l'appuyer» a déclaré, la chef de la direction de l'APEX, Lisanne Lacroix. Elle a rappelé que son association a travaillé «assidûment» depuis 1997, avec le lancement de son premier sondage sur la santé, afin d'assurer que la santé des cadres supérieurs demeure un enjeu prioritaire. 

«La santé mentale des employés est un des facteurs clés qui contribue à l'efficacité et l'efficience de la fonction publique. Au fil des ans, grâce aux sondages sur la santé qu'elle réalise tous les cinq ans, aux sommets sur la santé, aux présentations au comité consultatif sur le maintien en poste et la rémunération du personnel de direction et à d'autres initiatives, l'APEX s'est imposée comme un moteur important de l'amélioration du milieu de travail qui permettra de rehausser les résultats individuels sur la santé et de maximiser le rendement organisationnel» a rappelé la chef de direction de l'APEX.

La santé des cadres 

Le sondage sur le travail et la santé des cadres supérieurs 2012 de l'APEX révélait notamment que les problèmes de santé mentale, principalement la dépression et l'anxiété, avaient presque doublé depuis 2007 chez les cadres. De plus, 46%  des cadres signalaient des niveaux de détresse générale élevés en 2012, comparativement à 31 % en 2007. Le recours aux services de counselling professionnel avait doublé au cours des 15 dernières années, passant de 10% en 1997 à 21% en 2012, selon les données de ce sondage auquel 2314 cadres avaient répondu, soit un taux de réponse de 35%. 

Lorsque l'AFPC a déposé sa demande visant la mise en oeuvre de la norme nationale sur la santé mentale, le vice-président exécutif de l'AFPC pour la région de la Capitale nationale, Larry Rousseau, avait rappelé que la demande syndicale était également appuyée par l'APEX.

Le comité conjoint doit notamment étudier la possibilité de mettre en oeuvre la Norme nationale sur la santé et la sécurité psychologiques en milieu de travail dans la fonction publique fédérale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer