Le flou budgétaire inquiète les syndicats du secteur public

Le vice-président exécutif de l'AFPC pour la capitale nationale,... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Le vice-président exécutif de l'AFPC pour la capitale nationale, Larry Rousseau.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Plus que les chiffres, l'incertitude entourant le prochain budget fédéral et l'intransigeance manifestée par le premier ministre Harper n'ont rien pour apaiser les craintes des dirigeants syndicaux du secteur public fédéral.

«Nous sommes très nerveux. Nous sommes comme dans une tempête, alors que le vent tourne continuellement», observe le vice-président exécutif de l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) pour la capitale nationale, Larry Rousseau. 

Selon lui, l'analyse du directeur parlementaire du budget de l'impact de la baisse des prix du pétrole a peut-être réussi à mettre les pendules à l'heure au niveau budgétaire. Mais il reste encore trop d'inconnus pour savoir comment le gouvernement réagira à ces turbulences, alors qu'il est déjà en pleine ronde de négociations avec l'ensemble des employés du secteur public fédéral. 

«C'est comme si on nous avait dit que les freins de notre char étaient très usés, illustre M. Rousseau. Nous roulions à 40 km/h pour éviter le pire. Mais là, c'est comme si on était obligé de passer à 100 km/h et qu'on ne sait pas si on va pouvoir éviter l'obstacle en avant.»

À l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC), la présidente Debi Daviau déplore que le gouvernement ait des services publics «pour appliquer le programme de réduction d'impôt tordu».

«On ne peut pas se permettre de la petite politique sur le dos des services publics dans le prochain budget fédéral», soutient-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer