Des salaires pour attirer la main-d'oeuvre

Bien qu'elle soit une société d'État fédérale, Radio-Canada-CBC soutient... (ARCHIVES, LeDroit)

Agrandir

ARCHIVES, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Paul Gaboury
Le Droit

Bien qu'elle soit une société d'État fédérale, Radio-Canada-CBC soutient qu'elle doit rivaliser avec le secteur privé en offrant une rémunération susceptible d'attirer et de retenir ses gestionnaires, mais aussi une partie de sa main-d'oeuvre syndiquée, incluant les personnalités qui attirent et retiennent l'auditoire.

Dans un document mis en ligne sur son site en septembre dernier et transmis à tous les députés et sénateurs, la société a dévoilé la rémunération réelle des personnalités d'antenne au 1eravril 2014, à l'exclusion des heures supplémentaires.

Les noms des personnalités n'y sont pas identifiés afin de protéger les renseignements personnels des employés, conformément à la Loi sur la protection des renseignements personnels.

Dans certains cas, les personnalités d'antenne, notamment les annonceurs, les animateurs, les reporters et les présentateurs, reçoivent une «rémunération additionnelle» au-delà de leur échelle syndicale.

Sur l'ensemble du réseau, quatre personnalités d'antennes gagnaient au 1eravril 2014 plus de 300 000$ (moyenne de 485 667$ excluant le temps supplémentaire), six entre 250 000 et 300 000 $, neuf entre 200 000 et 225 000 $, et 21 autres entre 150 000 et 200 000 $.

«Cette rémunération est négociée sur une base individuelle et est calculée en fonction de facteurs comme la réputation et l'excellence reconnues de chaque personne, ainsi que ses compétences et son savoir-faire spécifiques», confirme ce document sur la politique de rémunération.

«Nous veillons à faire correspondre notre régime de rémunération totale en argent, qui comprend notamment le salaire de base et la rémunération incitative à risque, à la moyenne de ceux offerts par un groupe d'entreprises canadiennes comparables dans les secteurs du divertissement, de l'édition et des télécommunications, et par certaines sociétés d'État et entreprises sous réglementation fédérale», explique-t-on.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer