Bris de sécurité chez Statistique Canada

Statistique Canada a perdu la trace d'une clef... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Statistique Canada a perdu la trace d'une clef USB qui contenait les renseignements personnels d'une centaine de ses fonctionnaires.

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Philippe Orfali
Le Droit

Important bris de sécurité chez Statistique Canada. L'agence fédérale a perdu la trace d'une clef USB qui contenait les renseignements personnels d'une centaine de ses fonctionnaires, a appris LeDroit.

Ces employés, pour la plupart à contrats, ont été informés lundi matin que les résultats de leurs évaluations de rendement des six derniers mois, des renseignements hautement confidentiels, se trouvaient sur un support de stockage amovible ayant été dérobé, probablement par un membre du personnel de l'agence.

La disparition des renseignements a été constatée vendredi matin au sein de la division des opérations et de l'intégration de Statistique Canada. Comme la clef USB n'était pas chiffrée, le document peut être ouvert par quiconque.

« La clef a été retirée des bureaux de Statistique Canada sans autorisation. Elle contient le nom et le prénom des employés, et des informations sur leur productivité au travail. Ce sont des tableaux contenant des (données) sur la productivité », a confirmé hier soir en entrevue la directrice générale des communications de l'agence, Gabrielle Beaudoin.

Selon nos sources, les données contenues sur la clef USB touchaient notamment à la charge de travail et à la productivité de l'employé, à la qualité du travail rendu et à la fiabilité.

Mme Beaudoin soutient que le document ne contenait pas le barème permettant de comprendre les résultats de ces évaluations.

Il est toutefois fort probable que la personne à l'origine de la disparition de la clef détienne cette grille.

Bureaux très sécurisés

Les bureaux de Statistique Canada, situé dans le complexe gouvernemental du Pré Tunney, à Ottawa, sont hautement sécurisés. Des cartes magnétiques sont nécessaires pour accéder au complexe, et il est impossible de pénétrer dans des locaux sans les autorisations nécessaires.

« Il faudrait que la personne travaille sur place », affirme Mme Beaudoin.

Statistique Canada a ouvert une enquête formelle, vendredi dernier, et la commissaire à la protection de la vie privée, Jennifer Stoddart, a été mise au courant de la brèche hier en après-midi.

L'agence prend la situation très au sérieux. « On met tout en place pour protéger l'information. Dans ce cas-ci, on va faire ce qui doit être fait pour déterminer plus précisément ce qui s'est passé, pour ne pas que cela se reproduise », a soutenu la porte-parole.

Dans un courriel, le porte-parole du ministre de l'Industrie, James Moore, de qui relève Statistique Canada, s'est montré inquiet de la situation. « Notre gouvernement prend la perte de renseignements personnels des Canadiens au sérieux. Nous comprenons que la commissaire a été informée par Statistique Canada », a déclaré Sébastien Gariépy.

«Nous pouvons confirmer que Statistique Canada nous a informés de cet incident mardi.

Nous communiquons avec l'organisation afin de déterminer ce qui s'est produit et ce que l'organisation fait pour traiter cet incident et veiller à ce que ce genre d'incident ne se reproduise plus», a déclaré une porte-parole de la commissaire à la vie privée.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer