Corruption au fédéral: fonctionnaires sous enquête

Depuis le milieu des années 2000, la GRC... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Depuis le milieu des années 2000, la GRC enquête discrètement sur les agissements de fonctionnaires fédéraux responsables de l'entretien de bâtiments bien connus dans la capitale.

Martin Roy, LeDroit

Partager

Des billets pour les Sénateurs, des repas au restaurant, voire même la rénovation complète de la résidence d'un fonctionnaire de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada en guise de remerciement pour contrats obtenus. Depuis le milieu des années 2000, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) enquête discrètement sur les agissements de fonctionnaires fédéraux responsables de l'entretien de bâtiments bien connus dans la capitale.

L'édifice Langevin, qui abrite les bureaux du premier ministre, est du nombre. Tout comme la Flamme du centenaire, devant le parlement. Un entrepreneur impliqué a cependant assuré au Droit que l'enquête de la GRC - surnommée projet Aspersion - ne représente que la pointe de l'iceberg, et que des choses bien plus graves se sont produites sur la colline parlementaire.

Un premier fonctionnaire fédéral est tombé cet automne, reconnu coupable d'abus de confiance. Louis Lesage, un ancien employé de Travaux publics, purge actuellement une sentence d'emprisonnement dans la communauté de deux ans moins un jour.

Selon la GRC, le fonctionnaire fédéral a commis un abus de confiance en rapport avec l'émission de contrats pour l'entreprise gatinoise Maurice & Huneault, aujourd'hui dissoute. En attente de son procès, un des anciens administrateurs, Luc Maurice, a livré sa version des faits au Droit.

Rénovations à peu de frais

Employé de Travaux publics Canada (TPC) pendant près de 30 ans, Louis Lesage a été arrêté le 27?avril 2007. Dans les dix dernières années de sa carrière, il a occupé le poste d'agent des services d'entretien des bâtiments. Sa principale tâche était de voir à la facturation et à l'exécution des contrats pour l'entretien des bâtiments gouvernementaux.

Possédant le pouvoir d'octroyer des contrats de moins de 5000$ avec l'approbation de son superviseur, il a régulièrement fait affaire avec Maurice & Huneault.

Cette entreprise a exécuté des travaux de rénovation à sa résidence. La salle de bain et la cuisine ont été gracieusement refaites à neuf.

Entre octobre 2001 et février 2007, le fonctionnaire Louis Lesage était impliqué comme technicien de service dans des contrats accordés à l'entreprise Maurice & Huneault, dont la valeur totale est de 1,1 million$.

La Couronne allègue qu'en janvier 2007, Louis Lesage a divulgué les soumissions des autres entrepreneurs afin de permettre à Luc Maurice d'ajuster à la baisse son prix pour finalement obtenir le contrat de fourniture de lumières sur la colline parlementaire.

Luc Maurice a vendu 10000 lumières à Travaux publics. Ces lumières ont été installées sur la colline du Parlement.

Plus de détails dans l'édition du Droit du 8 novembre 2012 ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer