Traduction aux Jeux de Vancouver

90 traducteurs et pas de retard

L'équipe de 90 traducteurs professionnels prêtés par le gouvernement fédéral au... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Vancouver 2010

Sports

Vancouver 2010

Toutes l'actualité sur les Jeux olympiques d'hiver à Vancouver-Whistler en 2010. »

Paul Gaboury
Le Droit

L'équipe de 90 traducteurs professionnels prêtés par le gouvernement fédéral au comité des Jeux olympiques de Vancouver n'éprouverait pas de difficultés à suivre le rythme des compétitions et il n'y aurait aucun retard jusqu'à maintenant dans les activités de traduction.

En vertu d'une annonce faite le 23 septembre 2009, le gouvernement Harper avait indiqué qu'il allait offrir un financement pouvant aller jusqu'à 5,3 millions $ pour permettre au Bureau de la traduction du gouvernement du Canada (géré par Travaux pu­­­­blics et services gouvernemen­­taux), d'offrir des services de tra­­­­duction avant et pendant toute la durée des Jeux. L'entente avec le COVAN n'avait toutefois été conclue officiellement que le 15 janvier dernier. Le délai entre l'annonce et la signature de l'entente avait pu laisser croire que le temps allait manquer pour traduire tous les documents requis pour la tenue des Jeux.

En vertu d'une demande d'information faite par LeDroit, Travaux publics et services gouver­­nementaux confirme que les tra­­ducteurs professionnels du Bu­­reau de la traduction qui viennent appuyer le comité olympique de Vancouver sont actuellement au nombre de 90.

« Pour la traduction et la mise à jour des notes biographiques des athlètes, 38 traducteurs tra­­vaillent à Gatineau. Il est à noter toutefois que ce volet du projet tire à sa fin. Par ailleurs, 37 traducteurs sont détachés ac­­tuellement à Vancouver pour ap­­puyer le COVAN, alors que 15 autres traducteurs du Bureau de la traduction travaillent égale­­ment aux Jeux depuis la ville de Québec, nous a confirmé un porte-parole du ministère dans un courriel.

Pour ce qui est du niveau de traduction requis pour les Jeux paralympiques, le ministère des Travaux publics souligne qu'il sera adapté à la demande.

Jusqu'à présent, on souligne aussi que les traducteurs professionnels du Bureau de la traduction n'ont eu aucun problème par­­ticulier.

Le commissaire aux langues officielles, Graham Fraser, s'était inquiété, l'an dernier, au sujet des ressources qui devaient être mises à la disposition du COVAN pour traduire les 7,5 millions de mots nécessaires en prévision des jeux.

Mais les responsables du Ministère estiment aujourd'hui que le nombre de traducteurs sera suffisant pour répondre à la demande d'ici la fin des compétitions.

« Tout indique que le nombre de traducteurs affectés aux Jeux olympiques et paralympiques sera suffisant », souligne à cet égard le Ministère.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer