Décès du docteur Gaston Isabelle

Le Dr Gaston Isabelle... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Le Dr Gaston Isabelle

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Médecin d'abord, politicien ensuite, Gaston Isabelle aura marqué de multiples façons l'Outaouais. Décédé lundi à l'âge de 92 ans, ce pionnier a contribué à redéfinir le centre-ville de Hull, avec la construction d'édifices fédéraux. Des milliers de mères de l'Outaouais lui doivent également une fière chandelle.

Maire de l'ancienne ville de Lucerne de 1961 à 1965, le Dr Isabelle a été député libéral fédéral pendant tout près de 24 ans. Élu aux Communes pour la première fois le 8 novembre 1965 à titre de député de Gatineau, « le Doc » fut ensuite réélu en 1968, 1972, 1974, 1979 et 1980 dans la circonscription de Hull, puis en 1984 dans Hull-Aylmer.

Député de 1965 à 1988, le Dr Isabelle a toujours conservé sa pratique médicale, tant pendant sa carrière politique que par la suite : à 80 ans, l'homme recevait toujours chaque semaine la visite de quelques patients.

Il fut parmi les premiers médecins de la région à donner des rendez-vous le matin au lieu de l'après-midi et du soir. Comme la Chambre des communes ne convoquait ses membres qu'en fin d'après-midi, il a pu concilier médecine et politique pendant près d'un quart de siècle. Il fut même médecin personnel du premier ministre Pierre Elliott Trudeau, brièvement, en 1970.

Au fil des années, il aurait procédé à pas moins de 6000 accouchements, « de 25 à 30 par mois, parfois une douzaine durant une fin de semaine », confiait-il au Droit à la fin du siècle dernier.

« Gaston, c'était un vrai gars sans aucune prétention, malgré son titre de médecin, et très affable, se souvient Yvon Sabourin, qui a participé à l'organisation de nombreuses campagnes électorales de M. Isabelle. C'était un bon Hullois qui avait sa communauté à coeur. »

« C'était quelqu'un qui collaborait toujours, qui ne mettait jamais de bâtons dans les roues. Pendant toutes ces années, il est demeuré toujours aussi enthousiaste », ajoute Marcel D'Amour, ex-maire de Hull.

Sa santé déclinait toutefois depuis près d'une décennie, a souligné hier son fils Pierre. « Il subissait de temps à autre de petits accidents cardiovasculaires. Il a été hospitalisé tout l'hiver, est retourné à la maison pendant un certain temps, mais la machine était rendue au bout du rouleau », a-t-il confié, hier.

Un homme de vision

En plus de participer à la venue d'édifices fédéraux dans le secteur Hull, le Dr Isabelle a défendu bec et oncles, pendant des années, un projet de monorail afin d'assurer le lien en transport en commun entre les centres-villes de Hull et de Gatineau. Un enjeu qui demeure d'actualité, même si celle-ci faisait l'objet de bien des railleries, à l'époque.

Jamais nommé ministre - peut-être parce qu'il n'avait pas soutenu la candidature de Pierre Trudeau lors de la course à la chefferie du Parti libéral de 1968 -, Gaston Isabelle fut néanmoins secrétaire parlementaire du secrétaire d'État aux Affaires extérieures, en 1971 et 1972, et secrétaire parlementaire du ministre de la Santé nationale et du Bien-Être social, de 1970 à 1971.

Il fut par ailleurs porte-parole du PLC en matière d'Anciens combattants, de 1984 à 1988. Il a présidé de nombreux comités parlementaires.

Le Dr Isabelle laisse dans le deux ses trois fils - Claude, Michel et Pierre - ainsi que sa compagne, Denise Marois. Les obsèques seront célébrées lundi prochain à 11 h à la cathédrale Saint-Joseph, dans le secteur Hull.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer