Après des fuites, le rapport sur Attawapiskat est dévoilé

Les manifestations visent également à soutenir la chef... (Photo: PC)

Agrandir

Les manifestations visent également à soutenir la chef d'Attawapiskat Theresa Spence (photo), qui a cessé de manger des aliments solides, dans l'espoir d'obtenir une rencontre entre le premier ministre Stephen Harper, le gouverneur général et les autres chefs des Premières Nations.

Photo: PC

Partager

La Presse Canadienne

À quelques jours d'une rencontre prévue entre Stephen Harper et une délégation des Premières Nations, le gouvernement a dévoilé le rapport de vérification des finances de la nation d'Attawapiskat, qui indique que la grande majorité de ses dépenses ne sont pas appuyées par des pièces justificatives suffisantes.

Le rapport comptable de la firme Deloitte et Touche a été mis en ligne lundi sur le site internet du ministère des Affaires autochtones, après avoir fait l'objet d'une fuite dans certains médias qui en avaient révélé des parties.

Le rapport est daté du 28 septembre 2012.

Le document est dévoilé alors que la chef de la nation d'Attawapiskat, Theresa Spence, est devenue l'une des figures de proue du mouvement de protestation autochtone «Idle No More» (la passivité, c'est fini). Mme Spence fait la grève de la faim sur l'Île Victoria, à Ottawa, depuis 28 jours, pour attirer l'attention sur les multiples problèmes vécus par les Autochtones. Elle souhaitait notamment par sa grève obtenir une rencontre avec Stephen Harper.

Ce rapport de vérification a été commandé par le gouvernement qui voulait vérifier si l'argent remis à la nation servait bel et bien aux fins auxquelles il était destiné.

Selon la firme comptable, en moyenne, 81 pour cent des dossiers de financement fédéral ne comportaient pas de pièces justificatives adéquates et plus de 60 pour cent des dossiers n'avaient aucun document sur le motif des paiements effectués.

Le rapport est aussi accompagné d'une lettre de la firme à la chef Spence, datée du 28 août, dans laquelle il est écrit que l'absence de mécanismes de contrôle de la gestion financière pour assurer la conformité avec les termes et conditions de ces ententes ne respecte pas les exigences du gouvernement du Canada.

Deloitte et Touche se dit incapable de déterminer si les fonds gouvernementaux ont été utilisés aux fins prévues. Elle écrit de plus que rien ne démontre que la nation d'Attawapiskat ait fait preuve de diligence raisonnable dans l'utilisation des fonds publics, notamment dans l'utilisation des fonds pour le logement.

Ces conclusions de la firme n'indiquent toutefois pas que l'argent a été gaspillé ou utilisé à des fins frauduleuses: le rapport se limite à souligner que les pièces justificatives des dépenses de la nation sont manquantes ou inadéquates.

Le gouvernement fédéral soutient avoir versé environ 104 millions $ à la nation entre le 1er avril 2005 et le 30 novembre 2011 à diverses fins, notamment le logement, l'infrastructure, l'éducation et l'administration.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer