Les édifices du Parlement en piètre état

Le passage du temps se fait sentir sur... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Le passage du temps se fait sentir sur la Colline parlementaire. L'édifice du Centre doit d'ailleurs urgemment subir des travaux de réfection.

Étienne Ranger, LeDroit

Partager

Il est minuit moins une pour l'un des bâtiments les plus célèbres du pays. L'édifice du Centre, qui abrite la Chambre des communes et le Sénat du Canada, doit urgemment subir des travaux de réfection, sans quoi il pourrait faire l'objet de «défaillances majeures» d'ici sept ans.

C'est le sombre portrait dressé plus tôt ce mois-ci par le haut fonctionnaire chargé du gigantesque projet de rénovation de la Cité parlementaire, qui englobe les édifices du Centre, de l'Est et de l'Ouest, de même que de nombreuses autres adresses situées le long des rues Wellington et Sparks. Un projet qui s'échelonne sur plusieurs années et dont le coût global est évalué à près de 1 milliard de dollars.

Les édifices du Parlement du Canada sont dans un état de détérioration avancé, ce qui représente un risque pour la santé et la sécurité des députés, du personnel et du grand public, a expliqué aux parlementaires Pierre-Marc Mongeau, sous-ministre adjoint chargé de la gestion immobilière de la Cité parlementaire.

«Des évaluations techniques indépendantes menées concluent de façon consistante que les conditions des édifices se détériorent, particulièrement l'édifice du Centre, qui devrait atteindre un risque critique de défaillance totale d'ici 2019, a expliqué M. Mongeau. Il y a (des) possibilités de défaillances structurelles, mécaniques et électroniques, ce qui pourrait rendre l'édifice inutilisable et nécessiter sa fermeture.»

La présence de matières dangereuses comme de l'amiante et la nécessité de mettre à niveau la résistance aux séismes afin de respecter les nouvelles normes du Code national du bâtiment pose également certaines inquiétudes, a-t-il laissé entendre.

«En 2019, les principaux systèmes arriveront à la fin de leur vie utile. Quand je parle de santé, de sécurité et de systèmes structuraux, je fais notamment allusion aux systèmes mécaniques. Pour le moment, nous étirons la vie de ces systèmes, mais à un moment donné, nous ne pourrons plus les réparer. [...] Nous gérons ces situations du mieux que nous le pouvons. Nous étirons le plus possible la vie utile de ces systèmes, mais à un moment donné, il faut réagir. Si des pierres se détachent, si des fils électriques sont trop dénudés ou si la toiture commence à être moins solide à cause d'une structure défaillante qui date de 1850 ou 1860, il est clair qu'il faut agir rapidement.»

Des travaux à terminer

Mais avant d'entreprendre les travaux de restauration de l'édifice du Centre, il faudra compléter ceux de l'édifice de l'Ouest entrepris en 2011, et qui doivent être achevés en 2017, année du 150e de la confédération. La cour intérieure du bâtiment rénové abritera de façon temporaire la Chambre des communes, après avoir été recouverte d'un grand toit de verre.

Et c'est sans compter les travaux en cours au sein des édifices de la presse, Wellington, John-A.-Macdonald, Wellington, etc.

Le Sénat déménagera quant à lui ses activités dans l'édifice de l'Est.

«La restauration d'édifices patrimoniaux est complexe. Elle exige une main-d'oeuvre très qualifiée. Cela prend du temps et de l'argent, mais c'est nécessaire dans le cas des édifices du Parlement. Ces derniers doivent être entièrement réhabilités à l'intérieur comme à l'extérieur. La maçonnerie extérieure doit être réparée et restaurée alors que les systèmes internes doivent être remplacés», a expliqué M. Mongeau, en réponse à la question d'un député.

Jusqu'à présent, les nombreux travaux menés sur la colline ont respecté à la fois les budgets et les échéanciers fixés, a-t-il soutenu.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer