Le Conseil privé paie des milliers de dollars pour surveiller la presse

Citoyenneté et Immigration Canada n'est pas le seul... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Citoyenneté et Immigration Canada n'est pas le seul ministère fédéral dépensant des centaines de milliers de dollars pour garder un oeil sur les médias des communautés culturelles du pays.

Archives, LeDroit

Partager

Bruce Cheadle et Stephanie Levitz
La Presse Canadienne

Citoyenneté et Immigration Canada n'est pas le seul ministère fédéral dépensant des centaines de milliers de dollars pour garder un oeil sur les médias des communautés culturelles du pays.

Le Bureau du Conseil privé, qui offre un soutien bureaucratique au premier ministre, a dépensé 463 300 $, en janvier dernier, pour un contrat de deux ans avec la même firme de surveillance qui a obtenu près de 750 000 $ de la part du ministère fédéral de l'Immigration au cours des trois dernières années.

Des informations complémentaires accompagnant le contrat octroyé par Citoyenneté et Immigration Canada précisent que le ministre de l'Immigration Jason Kenney et le premier ministre Stephen Harper accordent tous deux une grande importance aux médias des communautés culturelles.

«En fait, les deux hommes ont été cités alors qu'ils affirment que »les médias des communautés culturelles sont désormais les principaux médias« et que »davantage de gens suivent ce genre de médias que les médias principaux», est-il indiqué dans les informations complémentaires d'un contrat remontant à mai 2011.

En plus de rechercher des mots-clés et des sujets, ainsi qu'offrir des résumés, précise le contrat, «des transcriptions, des traductions de ces transcriptions et des extraits audio et vidéo sont également requis »sur demande«».

Les archives des contrats révèlent que le Bureau du Conseil privé fait appel à ce genre d'entreprises de veille médiatique depuis 2006.

Le premier, d'un montant de 375 000 $ par année et valide pour un maximum de trois ans, exigeait «une liste hebdomadaire des sujets les plus couverts dans les médias écrits et électroniques des communautés culturelles dès qu'ils font référence au gouvernement fédéral».

Un deuxième contrat, évalué à 435 750 $, a été octroyé en 2010 et comprenait une clause stipulant que la firme gagnante devait «démontrer son aptitude de répondre aux demandes du Bureau du Conseil privé en dehors des heures de bureau».

Un porte-parole du Bureau du Conseil privé, Raymond Rivet, a indiqué que les rapports étaient partagés au sein du gouvernement pour éliminer la nécessité, pour d'autres ministères, d'effectuer leur propre surveillance.

Alors que les contrats du Conseil privé et de Citoyenneté et Immigration stipulent que seuls les médias du Québec, de l'Ontario et de la Colombie-Britannique doivent faire l'objet d'une veille, le «filet» de surveillance semble avoir été d'une ampleur beaucoup plus importante.

Des extraits médiatiques provenant du Mexique et d'aussi loin que l'Inde se sont ainsi retrouvés dans les rapports destinés au ministère de l'Immigration.

Le bureau du ministre Kenney a précisé que cette veille médiatique était effectuée à la discrétion du ministère.

M. Kenney est d'ailleurs au centre de la machine mise en place par les conservateurs pour séduire les communautés culturelles, une démarche souvent citée comme étant essentielle au succès électoral du parti.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer