Plaines LeBreton

La décontamination avant la construction

Les plaines LeBreton... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Les plaines LeBreton

Étienne Ranger, LeDroit

Partager

À quelques mois du début des travaux de construction du train léger d'OC Transpo, la Commission de la capitale nationale donne le feu vert à un vaste projet de décontamination des terrains des plaines LeBreton.

À quelques mois du début des travaux de... (Image courtoisie) - image 1.0

Agrandir

Image courtoisie

D'ici à décembre 2013, pas moins de 7000 camions contenant près de 100000 mètres cubes de matériaux contaminés quitteront les plaines LeBreton en direction d'un ancien dépotoir du chemin Ridge, dans le secteur Navan.

C'est la majorité du site des plaines qui doit être décontaminé d'ici décembre 2013, une décontamination qui ouvre la voie au redéveloppement des plaines LeBreton, des terres publiques inutilisées depuis des décennies. Le projet devrait coûter 5 millions de dollars.

Sous la surface du sol se trouve une quantité incalculable de matière contaminée, vestige du passé industriel du site. Cendres de l'incendie de 1900, produits de combustion, résidus industriels liés à un ancien garage d'autobus ou à une usine de goudron se trouvent notamment ensevelis dans l'immense site.

«Comme le site est destiné à une utilisation mixte commerciale-résidentielle, il était essentiel que le site soit décontaminé, explique Jean-François Trépanier, le premier dirigeant par intérim de la CCN. C'est le dernier jalon avant qu'on puisse (commencer à construire sur les plaines).»

La majorité des lots situés dans le quadrilatère formé des rues Wellington, Preston, Booth et du Transitway seront décontaminées.

Trous béants

«Le site sera essentiellement vidé, de sorte qu'on creusera jusqu'au fond rocheux des terrains», a expliqué hier Eric Soulard, le gestionnaire principal des Services de l'environnement de la CCN aux membres du conseil d'administration de la société d'État.

Une révélation qui en a fait sourciller quelques-uns, puisque cela signifie que certains des terrains pourraient se transformer en trou béant de deux à quatre mètres de profondeur. Le tout sera clôturé et aménagé de façon sécuritaire, précise toutefois la CCN.

Ces travaux s'ajoutent à la construction prochaine d'un troisième projet immobilier de Claridge Homes sur les plaines LeBreton. Deux édifices de 6 et 8 étages doivent être construits le long des rues Fleet et Lett. Les travaux doivent commencer le mois prochain et se terminer en 2014.

Jusqu'à présent, seulement deux des sept ou huit édifices que souhaite bâtir Claridge sur les plaines ont vu le jour. L'entreprise détient depuis 2004 les droits de construction de ce terrain de quatre hectares et demi.

La future station de train léger doit se trouver à une courte distance au sud du corridor actuellement réservé aux autobus. Un nouveau pont doit également être construit sur Booth.

La construction de la première phase du projet de train léger d'Ottawa doit débuter à l'hiver. Le tronçon de 12,5 kilomètres du chemin Blair au pré Tunney comptera 13 stations, dont quatre souterraines. Les gouvernements fédéral et provincial s'acquitteront de 1,2 milliard$ de la facture de 2,1 milliards$.

Les travaux de la deuxième phase ne débuteraient qu'après l'ouverture du premier tronçon, en 2018. Les rails seraient alors prolongés jusqu'au chemin Baseline, via Lincoln Fields. Le financement de cette deuxième phase n'a toujours pas été annoncé par la municipalité.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer