Le goût des arts et de la pensée

Michel-Rémi Lafond ne craint pas le qualificatif d'intellectuel.... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Michel-Rémi Lafond ne craint pas le qualificatif d'intellectuel. «J'ai voulu écrire et j'ai écrit. J'ai voulu enseigner et j'ai enseigné. J'aime être dans l'action et je ne veux pas me contenter d'être un simple observateur.»

Patrick Woodbury, LeDroit

Partager

Le 31 décembre dernier, Michel-Rémi Lafond a mis un terme à près de deux décennies d'implication dans la gestion du Conseil régional de la culture de l'Outaouais. Aujourd'hui, LeDroit et Radio-Canada rendent hommage à ce professeur, écrivain et passionné des arts et de la culture, en lui décernant le titre de Personnalité de la semaine.

Michel-Rémi Lafond est un intellectuel libre et engagé.

C'est ainsi qu'il se définit. Et son parcours professionnel le démontre. Celui qui a été directeur général du Conseil régional de la culture de l'Outaouais (CRCO) durant quatre ans, après en avoir été le président pendant 14 ans, a quitté son poste le 31décembre dernier. Il a décidé de passer le flambeau de l'organisme qui regroupe des artistes, des groupes artistiques et culturels, des associations et des municipalités.

«J'avais l'impression d'avoir fait le tour du sujet. Je pense qu'il est temps qu'une autre personne prenne la relève et amène quelque chose d'autre, un souffle nouveau au CRCO. [...] Ceci dit, je suis tout de même assez fier de mon apport au CRCO. Lors de mon arrivée, en 2009, il y avait 42 membres et maintenant, nous sommes presque 400», explique M.Lafond.

Originaire de Saint-Cyrille-de-Wendover, tout près de Drummondville, Michel-Rémi Lafond a fait des études en sciences humaines et en théâtre au cégep, avant de se diriger vers le droit, puis les sciences politiques et la philosophie. Son parcours l'a mené à l'Université de Montréal, puis ensuite à l'Université d'Ottawa et au Collège dominicain d'Ottawa. Dès le cégep, il a commencé à s'intéresser au milieu des arts et de la culture, s'occupant notamment de la Société littéraire du Cégep de Drummondville.

Nourrissant aussi un grand intérêt pour la peinture, il a acheté une première toile alors qu'il était encore étudiant. «Je m'intéressais aussi beaucoup à l'histoire et j'ai décidé que je passerais ma vie dans le domaine des arts et de la culture. J'ai tout de même complété des études de droit, mais je n'ai jamais pratiqué cette profession. Je me suis ensuite dirigé vers la philosophie et je suis devenu professeur au niveau collégial», raconte M.Lafond.

Après un passage à l'Université d'Ottawa, il a quitté pour l'Abitibi, où il a enseigné la philosophie durant quatre ans. Il a ensuite été embauché comme professeur de philosophie au Cégep de l'Outaouais, où il a enseigné pendant trente ans. Mais Michel-Rémi Lafond ne voulait pas se contenter d'un travail d'enseignant. «J'ai toujours pensé que comme philosophe, on ne peut pas se contenter de faire uniquement de la philosophie sans s'inscrire dans le milieu dans lequel on vit. Et ce qui m'allumait le plus, c'est le milieu culturel.»

Plus de détails dans LeDroit du 28 janvier 2013 ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer