À la défense de la langue française

Depuis le début de sa lutte, l'ex-député Jean-Marc... (ETIENNE RANGER, Archives Le Droit)

Agrandir

Depuis le début de sa lutte, l'ex-député Jean-Marc Lalonde estime qu'un pas de géant a été franchi par la communauté franco-ontarienne. Et il se veut optimiste quant à l'avenir.

ETIENNE RANGER, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'ancien député provincial de Glengarry-Prescott-Russell, Jean-Marc Lalonde a été décoré ce mois-ci du grade de Grand Officier de l'ordre de la Pléiade, une des plus hautes distinctions de la francophonie mondiale. Aujourd'hui, LeDroit et Radio-Canada lui décernent le titre de Personnalité de la semaine.

Même après son retrait de la politique active, Jean-Marc Lalonde continue de recevoir les honneurs. Cette fois, ce sont les hautes instances de la francophonie mondiale qui l'ont récompensé, en lui octroyant le grade de Grand Officier de l'ordre de la Pléiade.

«Ce prix ne me fera pas ralentir. C'est encore loin d'être fini pour moi», lance-t-il, sourire en coin.

Pendant 40 ans, notamment comme maire de Rockland et député provincial de Glengarry-Prescott-Russell, dans l'Est ontarien, ce politicien s'est dévoué à faire avancer la cause des francophones de l'Ontario.

«Attention: 41 ans bien comptés», corrige-t-il, d'un ton fier, avant de plonger dans ses souvenirs.

«Alors que j'étais maire, la municipalité de Rockland a été la première ville de l'Ontario à procéder à l'assermentation des élus en français. C'était en 1978-1979. Nous étions les premiers à le faire dans la province et nous en étions fiers. Il fallait montrer que les francophones existaient. Je m'en souviens encore. Nous avions dû traduire tous nos documents officiels avant de les envoyer à Toronto, car ils n'y comprenaient rien là-bas», raconte M.Lalonde.

Plus de trente ans plus tard, Jean-Marc Lalonde estime qu'un pas de géant a été franchi par la communauté franco-ontarienne. Et il se veut optimiste quant à l'avenir. Optimiste, même au lendemain de la publication des données du recensement canadien sur les langues, qui tendent à démontrer un recul du français dans certains coins de l'Est ontarien, notamment dans les Comtés unis de Prescott et Russell.

«Certes, il y a eu un recul en terme de pourcentage. Mais si on regarde bien les chiffres, les Franco-Ontariens, dans plusieurs cas, sont plus nombreux - et c'est ça qui compte vraiment. Je dis toujours que c'est ensemble que nous allons réussir», croit fermement Jean-Marc Lalonde.

Plus de détails dans LeDroit du 29 octobre 2012 ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer