#OttawaBilingue salue l'appui de Jim Watson

Le maire d'Ottawa, Jim Watson... (Patrick Woodbury, Archives Le Droit)

Agrandir

Le maire d'Ottawa, Jim Watson

Patrick Woodbury, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Depuis le 31 mai dernier, le Mouvement #OttawaBilingue appuie le projet de loi privé de la députée provinciale Nathalie Des Rosiers, dont l'objectif est de reconnaître officiellement le caractère bilingue de la Ville d'Ottawa.

La déclaration du maire d'Ottawa, Jim Watson, parue dans Le Droit du 23 juin 2017 nous a réjouis. Dans le cadre de son entretien avec Denis Gratton, M. Watson affirmait : « J'ai rencontré ce matin (jeudi) Nathalie Des Rosiers et je lui ai dit que j'appuie son projet de loi. Je suis d'accord avec son projet de loi et je l'appuie.»

Avec cet appui public, le maire envoie un signal important à la première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne. Nous invitons cette dernière à reprendre le projet de loi 140 pour en faire un projet de loi gouvernemental lors de la rentrée parlementaire à Queen's Park, le 11 septembre prochain.

L'appui public du maire d'Ottawa envoie également un message clair à la communauté francophone et francophile d'Ottawa et à l'ensemble des Canadiennes et des Canadiens qui voient dans les célébrations du 150e anniversaire de la Confédération canadienne un moment unique et privilégié d'affirmer et de reconnaître formellement le caractère bilingue de la capitale du pays.

Le projet de loi privé 140 propose des avancées juridiques importantes pour les communautés francophones et francophiles. Pour la première fois, le caractère bilingue d'Ottawa, capitale du Canada, sera enchâssé dans la Loi de 1999 sur la ville d'Ottawa. Cette reconnaissance législative est un symbole puissant de la dualité linguistique au sein de la municipalité et protègera davantage les droits des francophones dans le long terme. De plus, au niveau juridique, le projet de loi vient confirmer que la Ville d'Ottawa est assujettie à la Loi sur les services en français et assure la pérennité de cette désignation en la rendant obligatoire.

Cette approche reconnaît les efforts de la Ville dans la prestation des services en français depuis les fusions municipales de 1999 tout en respectant les compétences de la municipalité et l'architecture des droits linguistiques en Ontario. Il répond ainsi à une des préoccupations clés du mouvement #OttawaBilingue, soit de créer pour la Ville des obligations législatives durables et un engagement fort en matière de services en français.

L'auteur, Bernadette Sarazin, est Porte-parole du Mouvement #OttawaBilingue




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer