Le cas Gauvreau: Le CISSSO répond

Ce terrible drame n'a pas seulement ébranlé notre... (Simon Séguin-Bertrand, Archives Le Droit)

Agrandir

Ce terrible drame n'a pas seulement ébranlé notre communauté, mais il a aussi bouleversé la grande famille de l'Hôpital Pierre-Janet puisque Mme Gauvreau y a travaillé pendant plus de 20 ans.

Simon Séguin-Bertrand, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

OPINION / À la suite de la chronique « Erreur de jugement » de Patrick Duquette (Le Droit, 6 juin), je tiens à rétablir des faits et faire le point sur les soins en santé mentale et dépendances offerts au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais.

Nous déplorons tous profondément ce qui s'est passé le 18 janvier dernier. Ce terrible drame n'a pas seulement ébranlé notre communauté, mais il a aussi bouleversé la grande famille de l'Hôpital Pierre-Janet puisque Mme Gauvreau y a travaillé pendant plus de 20 ans. Devant cet événement des plus malheureux, nous avons pris nos responsabilités et avons rapidement procédé à un examen interne des services offerts. Les résultats ont démontré, sans aller au-delà de ce qui est permis de dévoiler en raison de la confidentialité des dossiers médicaux et du processus judicaire en cours, que les services rendus ont non seulement été offerts, mais qu'ils l'ont été conformément et en respect des normes de la pratique clinique. Également, contrairement à ce que M. Duquette prétend, nous avons toujours répondu aux médias qui nous ont sollicités, encore une fois, dans les limites de ce nous pouvions dire.

Les services offerts par nos équipes externes et communautaires misent sur les forces et les aspirations des personnes vivant avec un trouble mental grave et visent leur intégration dans la communauté pour en faire des citoyens à part entière. Un des premiers rôles de nos intervenants consiste à leur redonner l'espoir qu'une vie meilleure est possible alors que plusieurs intériorisent les nombreux préjugés liés aux problèmes de santé mentale. Nos interventions doivent aussi cibler la défense et la promotion des droits, ce que nous travaillons avec nos partenaires des organismes communautaires.

Il importe de rappeler que toutes nos actions sont guidées par des valeurs de dignité, d'humanisme et d'inclusion. La société québécoise s'attend à ce que les actions du système public favorisent le rétablissement de la santé d'une clientèle encore aujourd'hui top souvent marginalisée. Le CISSS de l'Outaouais travaille de façon continue à améliorer les soins et l'accès à ceux-ci et continuera d'investir pour soutenir les interventions en santé mentale.

Je veux enfin souligner le dévouement et le professionnalisme des intervenants, médecins et gestionnaires qui jouent un rôle crucial dans la vie de milliers de personnes de notre communauté. Notre réseau n'est pas parfait, il y a place à l'amélioration, mais il n'est pas non plus une grosse machine déshumanisée. Il est composé de personnes de coeur et compétentes, j'en suis témoin quotidiennement.

Alain Godmaire,

Directeur, 

Direction programmes santé mentale et dépendance,

Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer