La forêt sous l'assaut américain

Le département américain du Commerce a imposé le... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le département américain du Commerce a imposé le 28 avril dernier des droits compensatoires allant jusqu'à 24 % sur les importations de bois d'oeuvre canadien.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Depuis mon élection au mois d'octobre 2015, j'ai toujours cherché à défendre notre industrie forestière régionale contre le protectionnisme américain injuste. Heureusement, notre gouvernement fédéral a clairement démontré son engagement à aider les travailleurs forestiers et leurs familles lorsque nous avons annoncé ce printemps des mesures qui atteindront 867 millions $ à l'appui des collectivités et des travailleurs touchés par les actions des États-Unis qui ciblent le bois d'oeuvre résineux.

Ces mesures, y compris des mécanismes de financement direct, sont essentielles, car le secteur forestier joue un rôle primordial dans la croissance verte de l'économie de l'Outaouais et dans le bien-être de nombreuses familles de l'ensemble de la circonscription fédérale de Pontiac.

Plusieurs d'entre nous dépendent du succès continu de cette industrie. Sachez que notre gouvernement continuera de lutter vigoureusement pour défendre les intérêts de l'industrie canadienne du bois d'oeuvre résineux, y compris lors de litiges contre nos voisins américains. Avec l'appui des municipalités et des entreprises forestières régionales, j'ai hâte de me rendre à Washington afin de transmettre un message fort aux sénateurs américains et aux représentants du Congrès.

Les mesures gouvernementales annoncées ce printemps comprennent des investissements visant à diversifier les produits et marchés forestiers et à soutenir les travailleurs touchés, ainsi que des produits et services financiers associés aux conditions commerciales d'entreprises viables.

Ces mesures défendront les intérêts canadiens et favoriseront la pérennité et la transformation à long terme de l'industrie. Il est important pour l'industrie de diversifier son marché et ses produits finis. D'ailleurs, le ministre fédéral du Commerce international François-Philippe Champagne et des ministres du Cabinet fédéral font régulièrement la promotion de nos produits forestiers à l'étranger.

De plus, nous travaillerons en étroite collaboration avec nos homologues provinciaux pour surveiller la situation et agir en conséquence.

Je ne demeurerai pas les bras croisés devant les mesures lamentables imposées par les États-Unis. Les travailleurs de l'industrie forestière de Pontiac et de la Vallée-de-Gatineau, y compris ceux de Maniwaki (Produits Forestiers Résolu), Low (Entreprises Atlas), et Bois-Franc (Louisiana Pacific), jouent un rôle clé au sein de la population active du Canada et nous défendrons vigoureusement leurs intérêts. D'autres mesures pourront être envisagées dans l'avenir afin de répondre à l'évolution de la conjoncture, y compris des mesures antidumping que les États-Unis pourraient imposer ce mois-ci.

L'auteur, William Amos, est député fédéral de Pontiac.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer