Le monde de Gilles Vigneault à l'université Carleton

Gilles Vigneault... (Etienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

Gilles Vigneault

Etienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Aujourd'hui, 7 juin 2017, Roseanne Runte, présidente de l'université Carleton, présentera un Doctorat Honoris Causa à Gilles Vigneault.

Quand je pense à Gilles Vigneault, la dernière chose pour moi serait d'évoquer les médailles et les prix.

Quand je pense à l'auteur de notre hymne national, le monde se teinte d'une sonorité particulière. J'entends une voix rocailleuse, souriante, un regard bleu clair qui coule comme une petite rivière sur les cailloux de la vie et fait voir la beauté d'une racine, la forme d'une branche, les rainures d'une feuille jusqu'à la plénitude du ciel et ses aurores boréales.

C'est fredonner «j'ai pour toi un lac quelque part au monde» en marchant près d'une flaque d'eau, c'est marcher au rythme de «Jack Jack Jack» en voyant voler les sarcelles, c'est chanter «ma maison, c'est votre maison» en souffrant la lecture des journaux, c'est lever les yeux au ciel et voir «un côté rouge un côté blanc, un côté tendre» à n'importe quel cerf-volant et reprendre la route en giguant «tout le monde est malheureux tam ti tam ti delam».

Quand je pense à Gilles Vigneault, c'est tout un monde qui s'entrouvre et qui fait gonfler la poitrine comme les voiles d'un voilier; l'air frais, sec, qui s'engouffre dans nos trop petits coeurs, nettoie les poumons et fait pleurer, mais juste un peu, à cause du vent. 

Je pense à mon père, à mes parents, mais je pense aussi à mes enfants. Je pense à mes amis d'adolescence, à mes campeurs et à mes étudiants. «Les amours, les travaux, même le chant d'un oiseau, ton coeur, mes mots, font tourner le monde».

Connaissez-vous un autre auteur compositeur dont les paroles vous accompagnent depuis que vous êtes tout petit, qui grandissent, vous font rire et scander l'amour du pays, caressent les amourettes et attendrissent les séparations, pleurent les vieux parents, accompagnent les deuils, chantent la nature et rajeunissent avec vos enfants et petits-enfants? Gilles Vigneault me donne de quoi chanter en coeur avec tous ceux qui me sont chers et en plus, à chaque anniversaire «c'est votre tour, de vous laisser parler d'amour!»

C'est un miracle, comme le cycle de l'eau.

Traditions rurales, curiosités en bois flotté de la côte de Natashquan, poèmes et comptines, chanson d'amour pour dire toute la tendresse et la complexité du moment, un poème pour chacun à chaque âge de la vie. «Les voeux que l'on fait, les fleurs que l'on sème, chacun les récolte en soi-même.»

Merci Gilles Vigneault de venir de l'autre côté de la rivière recevoir un Doctorat honoris causa de l'université Carleton. C'est vous qui nous faites le plus grand honneur de traverser en Ontario, parler un langage que plusieurs ne comprennent encore pas, pas plus le français que la fierté d'être Québécois. «I love you c'est d'valeur qu'a comprenne pas. »

Vous avez dit «la survie d'une langue, c'est l'écologie du dedans». Je vous assure que les accords sur le climat tardent à être signés ici aussi. «Mon pays, ce n'est pas un pays c'est l'hiver». Merci de faire encore aujourd'hui un immense pas vers les Autres, encore une fois, pour venir jusqu'ici. «I must speak English à partir de c't'hauteur là» - Thank you very much.

Anne Trépanier,

Professeur adjoint à la School of Indigenous and Canadian Studies, Carleton University




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer