Des aires protégées dans le Pontiac

L'hôtel de ville de la municipalité de Pontiac... (PATRICK WOODBURY, Archives Le Droit)

Agrandir

L'hôtel de ville de la municipalité de Pontiac

PATRICK WOODBURY, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Comme précisé dans l'article « Un jour historique pour l'économie du Pontiac » (Le Droit, 6 mars), je suis heureux de voir que les intervenants provinciaux souhaitent s'engager afin de relancer l'économie de cette région et j'espère que les attraits naturels de la région fassent partie de la discussion et que le gouvernment du Québec s'engage à compléter le réseau des aires protégées dans un délai raisonnable.

On a annoncé une protection intérimaire pour une portion du bassin versant de la rivière Dumoine en 2008 et on a fait l'annonce de territoires d'intérêt pour d'éventuelles aires protégées long des rivières Noire et Coulonge en 2015 - mais c'est un processus très lent - voir trop lent ! 

Pour chaque dollar investi dans une aire protégée au Canada, le milieu en génère six autres par le tourisme et les activités connexes. Le Pontiac bénéficie de non seulement un position stratégique à proximité d'Ottawa, Montréal et même le marché de Toronto, mais aussi des paysages naturels aussi impressionnants que ceux qu'on retrouve ailleurs, y compris dans le parc Algonquin. En effet, le parc Algonquin attire environ 1 million de visiteurs par année - à tel point qu'il est parfois difficile de se trouver un endroit pour camper. En complétant le réseau des aires protégées et en y implantant un plan directeur, à la fois axé sur la conservation, mais aussi dans le but de faire découvrir le milieu, le Pontiac pourrait rivaliser la région du parc Algonquin. 

Des investissements sont évidemment à prévoir, mais les retombées pourraient être majeures. 

La Société pour la nature et les parcs du Canada demande aux intervenants locaux, y compris le niveau fédéral et les Premières nations, de se concerter dans le but d'évaluer rapidement les options de conservation et de mettre de l'avant un plan visant non seulement la conservation du riche patrimoine naturel du Pontiac, mais aussi de mettre cette richesse au service des gens du Pontiac par la création de bons emplois et de l'investissement dans le milieu pour saisir cette occasion unique.

John McDonnell, Directeur général de la Société pour la nature et les parcs du Canada - Section Vallée de l'Outaouais




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer