Internet : 500 millions $ pour le rural

Bien que le versement de 500 millions $... (Archives, La Presse canadienne)

Agrandir

Bien que le versement de 500 millions $ sur 5 ans représente un important investissement d'argent des contribuables canadiens, il ne permettra pas de mettre en place des connexions pour toutes les zones rurales.

Archives, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans la circonscription fédérale de Pontiac, les gens conviennent que l'accès à Internet est maintenant essentiel à notre quotidien. Nous allons en ligne pour des cours, des services de santé, du divertissement et presque tout le reste.

Tous les Canadiens devraient avoir accès à Internet haute vitesse. Il s'agit là d'un impératif si nous voulons soutenir la concurrence au sein d'une économie numérique et mondialisée. Les technologies sont en voie de numériser notre univers et d'automatiser tous les aspects de notre vie, y compris nos emplois. En effet, c'est une leçon que nous avons retenue du déclin du secteur forestier de notre région.

La révolution de la haute vitesse ne peut être réservée aux villes. Les réseaux doivent s'étendre jusque dans les régions éloignées et rurales. Partout, les familles ont besoin d'accéder aux avantages des réseaux plus rapides de prochaine génération. Les services Internet haute vitesse peuvent libérer un formidable potentiel économique et ainsi mener à la création de produits, d'entreprises et d'emplois pour la classe moyenne.

C'est pour cette raison que je suis si heureux de lancer, dans la circonscription de Pontiac, aux côtés du ministre fédéral de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, le programme Brancher pour innover du gouvernement. Il a été mis au point après de vastes consultations à Pontiac et dans l'ensemble du Canada et donne suite à un engagement exprimé dans le budget de 2016 en investissant 500 millions $ d'ici 2021 pour étendre la portée des services Internet haute vitesse à large bande aux collectivités rurales.

Le programme Brancher pour innover met l'accent sur la construction de ce qu'on appelle les réseaux Internet « de base ». Les réseaux de base sont des autoroutes numériques qui transportent les données qui entrent dans nos collectivités et qui en sortent. Elles sont vitales pour des établissements comme les écoles, les hôpitaux et les bibliothèques. La construction de cette infrastructure représente l'équivalent moderne de la construction de routes et d'embranchements de voies ferrées dans les municipalités rurales de Pontiac et vise à leur donner accès à l'économie mondiale.

Les réseaux de base sont souvent des réseaux de fibres optiques, mais ils peuvent être composés de diverses technologies, dont les services par micro-ondes et satellite. Le nouveau programme : 

(i) aidera à relever les défis particuliers de connectivité auxquels font face les collectivités dont les services sont assurés par satellite; 

(ii) appuiera l'amélioration des réseaux de base existants;  

(iii) financera la mise en place de connexions du « dernier kilomètre » pour les ménages et les entreprises qui n'ont pas accès au service Internet d'une vitesse d'au moins 5 mégabits par seconde (Mbps).

J'encourage les représentants des administrations municipales, de la Municipalité régionale de comté et des gouvernements autochtones à vérifier la carte en ligne du gouvernement fédéral qui indique les communautés dans notre circonscription qui sont admissibles à des types particuliers d'investissements dans les réseaux. Les communautés rurales situées à plus de 2 km d'un point d'accès au réseau de base à haute capacité sont admissibles à des fonds pour une nouvelle infrastructure de base. Les communautés qui sont réputées avoir accès au réseau de base à haute capacité peuvent être admissibles à des améliorations de la capacité ou des projets de résilience. Les zones n'ayant pas de service à large bande de 5 Mbps ou plus sont admissibles à des fonds pour le nouveau dernier kilomètre.

La réception des demandes commencera le 16 janvier 2017 et la date limite de soumission des demandes est fixée au 13 mars 2017. J'incite les habitants de Pontiac à communiquer directement avec leur maire et leur conseiller municipal locaux à profiter du financement fédéral et du financement offert par le gouvernement du Québec.

Bien que le versement de 500 millions $ sur 5 ans représente un important investissement d'argent des contribuables canadiens, il ne permettra pas de mettre en place des connexions pour toutes les zones rurales. Soyons donc clairs, je ne promets rien de semblable à Pontiac. Nous devons agir rapidement et stratégiquement et nous organiser à l'échelle municipale de concert avec nos petites entreprises et ensuite soumettre des propositions de projet classées par ordre de priorité!

L'auteur, William Amos, est député du Pontiac.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer