Tocqueville explique Trump

Le président désigné des États-Unis, Donald Trump... (Archives, Associated Press)

Agrandir

Le président désigné des États-Unis, Donald Trump

Archives, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Donald Trump a gagné les élections américaines haut la main et devient le 45e président des États-Unis. La nouvelle est assez surprenante!

Pour une majorité d'observateurs, analystes, firmes de sondages et autres amateurs de boules de cristal, Trump n'avait aucune chance de l'emporter. Il est un candidat atypique, sans expérience politique, un affairiste au passé douteux, un menteur patenté et mal vu par « l'establishment », un électron libre largué par son Parti républicain, misogyne et un raciste déclaré. 

Qui diable oserait donner son vote à un type comme celui-là? 

Mais le comportement de l'homme ne répond pas à des lois des sciences physiques. 

Trump n'est autre que le produit de son environnement. Il est le reflet d'une ou des réalités américaines que certains cherchent, en vain, à cacher, à ignorer ou à dénaturer. Disons-le, Il y a un problème américain, une crise américaine ! L'Amérique rurale n'est pas l'Amérique des grandes villes. L'Amérique des blancs n'est pas l'Amérique des noirs et surtout l'Amérique de Wall Street et de la Maison-Blanche n'est pas l'Amérique de « Joe the plumber ». 

Alexis de Tocqueville, fin connaisseur de la démocratie aux États-Unis, disait, il y a déjà deux siècles, qu'« on peut considérer le moment de l'élection du président des États-Unis comme une époque de crise nationale », en confirmant dans un autre passage que « plus la situation intérieure d'un pays est embarrassée, et plus ses périls extérieurs sont grands, plus ce moment de crise est dangereux pour lui ». 

Le clivage entre les riches et les pauvres, entre les blancs et les noirs entre les hommes et les femmes, l'embourbement dans des conflits interminables au Moyen-Orient et ailleurs, la multiplication des attaques terroristes contre les intérêts américains ne sont que quelques exemples de la situation embarrassée des États-Unis. 

Homme d'affaires aguerri, Trump a su comprendre et tirer avantage de ces problèmes en profitant d'une adversaire au passé contestable et dont la sincérité et l'authenticité sont mises à rude épreuve ; une adversaire représentant le « changement dans la continuité » d'un « establishment » déconnecté de la réalité d'un peuple divisé et en proie à toutes les formes de lassitudes. Pour les Américains, l'élection du président est le meilleur moment pour exprimer leur désarroi et pour se servir « en général, du nom du candidat à la présidence comme d'un symbole ; ils personnifient en lui leurs théories », pour reprendre les mots de Tocqueville. C'est un moment propice pour que les Américains « sortent un moment de la dépendance pour indiquer leur maître, et y rentrent ». 

Paradoxalement, un milliardaire qui se vante de ne pas payer ses impôts est devenu le symbole de l'antisystème, le symbole de ce désir de changement ! Si on suit le raisonnement de Tocqueville, Trump ne peut naître que de ces décombres, car « les vices des gouvernants et l'imbécillité des gouvernés ne tarderaient pas à en amener la ruine ; et le peuple, fatigué de ses représentants et de lui-même, créerait des institutions plus libres, ou retournerait bientôt s'étendre aux pieds d'un seul maître. » 

Il est vrai que les Américains chérissent leur constitution dont la liberté et l'égalité sont les clés de voûte mais « il dépend [d'eux] que l'égalité les conduise à la servitude ou à la liberté, aux lumières ou à la barbarie, à la prospérité ou aux misères ». À suivre!

L'auteur, Jabeur Fathally, est professeur de droit à l'Université d'Ottawa

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer