22, Principale: une démarche transparente et de bonne foi

Cette esquisse du projet du 22, rue Principale,... (Courtoisie)

Agrandir

Cette esquisse du projet du 22, rue Principale, dans le Vieux-Aylmer, a été présentée lors d'une consultation publique, le 13 juillet dernier. Les plans ne prenaient alors pas en considération les commentaires faits par les citoyens.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

J'ai été étonné de lire les commentaires du président du Comité consultatif d'urbanisme, Richard Bégin (« Un test pour Gatineau », LeDroit, 12 octobre). D'abord parce qu'il prend position sur un projet que ni mon équipe de professionnels ni moi ne lui avons présenté. Ensuite parce qu'il s'est prononcé avant même le dépôt officiel de mon projet auprès du Service de l'urbanisme de la Ville de Gatineau.

Enfin parce que je n'ai jamais discuté avec M. Bégin de mon projet pour ce site.

Depuis l'acquisition du terrain, en juin 2014, j'ai souhaité entreprendre et mener une démarche transparente et de bonne foi, parce que j'habite Aylmer depuis toujours, que j'y fais des affaires depuis des décennies, que je reconnais le caractère unique de la rue Principale et que je connais la sensibilité particulière de certaines associations, notamment celle du patrimoine. 

Pour mener à bien le processus, j'ai embauché des professionnels qui m'ont proposé une démarche que j'ai acceptée dès sa mise en oeuvre, à l'été 2015. J'ai aussi tenu un certain nombre de rencontres avec le Service d'urbanisme pour valider la démarche et régler diverses questions, par exemple l'achat d'une parcelle qui appartenait à la Ville de Gatineau. Nous avons convenu tôt dans le processus qu'il n'y aurait pas de lobby auprès des élus, mais bien un processus en bonne et due forme qui se terminerait par l'analyse du projet par les experts de la Ville et d'une recommandation qui serait ensuite soumise au Comité consultatif d'urbanisme et au conseil municipal.

La troisième mouture des plans du projet, dont LeDroit a publié le dessin à sa une le 12 octobre, tient compte de l'ensemble des commentaires constructifs qui ont été formulés lors de la soirée de consultation citoyenne du 13 juillet. 

La deuxième mouture des plans, présentée lors de cette séance publique organisée à ma demande par mon équipe, proposait déjà des modifications importantes qui faisaient suite aux commentaires émis par l'Association du patrimoine d'Aylmer, qui avait en main les plans complets de la première ébauche du projet. Au nombre de ces modifications, j'ai mandaté mon architecte d'abaisser le bâtiment de l'équivalent d'un étage et demi (un étage de moins, diminution de la hauteur des étages, ancrage plus profond dans le sol), bien que le règlement de zonage de la Ville de Gatineau permette à cet endroit un édifice de cinq étages.

En choisissant de recourir aux médias avant même que nous n'ayons eu l'occasion de leur présenter la plus récente version des plans, les intervenants du patrimoine ont choisi de mettre fin au dialogue. Comme on dit, il faut être deux pour danser le tango.

Quant à la sortie publique de M. Bégin, elle me semble prématurée, ma demande de Plan d'implantation et d'intégration architecturale (PIIA) n'ayant été déposée officiellement au Service d'urbanisme que le vendredi 14 octobre. Conséquemment, je me pose une question : puis-je réellement m'attendre à un traitement objectif du Comité consultatif d'urbanisme, sachant que son président a déjà affiché publiquement ses couleurs, en amont du début de la procédure municipale d'analyse et de recommandation prévue par la législation?

Denis Cléroux, DMA Construction

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer