Une Charte de la laïcité pour le Québec

Ce résumé d'un projet de Charte de la laïcité, tiré de la version intégrale de... (Archives, La Presse)

Agrandir

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ce résumé d'un projet de Charte de la laïcité, tiré de la version intégrale de 26 pages. La Charte elle-même est extraite du livre «La laïcité, une grande invention, publié à la Fondation littéraire Fleur de Lys.

Le but de ce document est de faire pression sur le gouvernement du Québec afin qu'il adopte une véritable Charte de la laïcité. Vous trouverez de plus amples informations sur la laïcité proposée par cette Charte en consultant le livre en ligne (http://manuscritdepot.com/a.normand-rousseau.2.htm).

Considérant le passé immoral et criminel des religions, considérant que les religions infériorisent la femme de façon systématique, considérant la violence propagée par les religions, considérant que toute conviction religieuse sincère et honnête mène la plupart du temps, pour ne pas dire toujours, à l'intolérance, à l'intégrisme, au fanatisme et finalement à la violence, cette Charte propose une laïcité authentique, cohérente et rationnelle en réponse au côté « obscur » des religions.

Cette laïcité authentique est fondée sur les Droits de l'homme et les chartes des droits et libertés de la personne. Elle n'est pas l'ennemie des religions, mais elle veille au respect de la liberté de religion. Elle fait la promotion du vivre ensemble, croyants et non-croyants, dans la paix et l'harmonie avec nos différences, dans le respect de ces différences et surtout parce qu'au-dessus de ces différences, il faut tenir compte de l'intérêt général. Le droit à la différence n'est pas la différence des droits. Avec la démocratie et les Droits de l'homme, la laïcité est une grande invention de l'homme et elle représente le seul chemin vers une authentique civilisation.

Voici donc les principales caractéristiques de cette Charte de la laïcité:

  1. L'État doit être neutre vis-à-vis de toutes les religions et groupes de conviction, les croyants comme les non-croyants.
  2. Aucun cours de religion ou de culture religieuse n'est permis dans tous les lieux d'enseignement publics ou privés, l'enseignement des religions étant réservé au secteur privé dans les résidences et les lieux de culte. Au niveau du primaire et du secondaire, il doit être remplacé par des cours d'humanisme éthique et d'histoire des religions et de l'athéisme. Au niveau des cegeps et des universités, on poursuivra les cours d'histoire des religions complétés par des cours de philosophie pour aider au développement de l'esprit critique, par des cours sur l'origine de l'univers et par des cours sur l'origine et l'évolution des espèces par sélection naturelle. Aucun cours sur le créationnisme, qui relève de la fumisterie, ne doit être enseigné. On supprimera les lieux de culte (chapelles, salles de prière) dans les établissements d'enseignement.
  3. Le gouvernement ne subventionne d'aucune façon les religions ou l'athéisme.
  4. En vertu du principe de neutralité, tous les signes religieux sont interdits dans la sphère publique.
  5. La fonction publique doit être entièrement neutre.
  6. La Charte hiérarchise les droits de l'homme en vertu du principe d'universalité. La liberté de religion vient en dernier lieu, après le droit à la vie, le droit à la liberté de conscience, le droit à la liberté d'expression, le droit à l'égalité homme-femme. Tous ces droits priment le droit à la liberté de religion, car ils s'appliquent à tous les humains qu'ils soient croyants ou non-croyants.
  7. En vertu du droit à la liberté de conscience, les rites de passage comme le baptême et la circoncision imposés à des mineurs sont illégaux, même avec leur consentement. Cependant, ils peuvent être dispensés à des adultes s'ils en font librement la demande.
  8. La politique doit être exempte de tout caractère religieux.
  9. Les manifestations religieuses sont interdites dans la sphère publique.
  10. La Charte ne reconnaît aucune suprématie d'une divinité. Le faire serait une sorte de privilège accordé à une religion tout en ignorant les citoyens qui n'ont pas de religion ou qui ne pratiquent pas la même religion.
  11. La Charte ne reconnaît aucune loi soi-disant divine. Seule la législation civile fait force de loi.
  12. L'État remplace les fêtes religieuses par des fêtes laïques.
  13. Les homosexuels ont les mêmes droits civils que les hétérosexuels.
  14. Les médias ne doivent favoriser aucune religion ni l'athéisme.
  15. Les signes religieux sont interdits dans les sports.
  16. Les cimetières sont sécularisés.
  17. Les abattoirs religieux sont interdits.
  18. L'État doit contrôler les sectes.
  19. L'État doit supprimer toute la toponymie religieuse.
  20. L'État rejette tout accommodement religieux.
  21. L'État demande la suppression de toute référence à la suprématie de Dieu dans la Constitution canadienne.
  22. L'État doit créer un ministère de la Laïcité.
Normand Rousseau, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer