Guertin et l'avenir du centre-ville

Le futur aréna Robert-Guertin quittera son emplacement sur... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Le futur aréna Robert-Guertin quittera son emplacement sur l'île de Hull pour se retrouver dans le secteur Gatineau.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Vision centre-ville a pris acte du résultat du vote du conseil municipal menant à la décision de déménager l'aréna Robert-Guertin à la place de la Cité, dans le secteur Gatineau.

Au fil des divers projets mis sur la table depuis 10 ans, Vision centre-ville a toujours privilégié le maintien de l'aréna au centre-ville ou, mieux encore, la construction d'un centre multifonctionnel sur un autre site du centre-ville, dans l'esprit d'un grand projet symbolique envoyant un message clair de l'administration municipale en faveur du redéveloppement de son pôle principal et dans la perspective de l'objectif du Plan particulier d'urbanisme d'y ramener nouveaux 10 000 résidants à terme.

Bref, VCV voyait dans cette infrastructure un fort potentiel pour réaliser un centre-ville convivial et animé. Force est d'admettre que, symboliquement, la décision d'hier de délocaliser Guertin envoie un message contradictoire.

Le schéma d'aménagement et de développement de Gatineau identifie un pôle principal - le centre-ville, secteur Hull -  et deux pôles secondaires mixtes, le pôle de la Cité (à l'est, près du Rapibus) et le pôle des Allumettières (à l'ouest, près d'un éventuel lien rapide en transport en commun). Dans ce contexte, la relocalisation de l'aréna n'est pas un mauvais choix. Il s'inscrit dans une optique axée sur le transport en commun ; c'est une occasion de densifier, de revoir la gestion du stationnement dans ce secteur et d'optimiser l'utilisation du Rapibus.

Mais la perte de cette infrastructure pour le centre-ville, surtout en l'absence de projet à court terme pour une nouvelle infrastructure municipale porteuse - une bibliothèque centrale, par exemple - nous préoccupe.

Nous sommes inquiets de ce qu'il adviendra du site actuel une fois Guertin démoli. Bien sûr, on évoque l'hypothèse d'un écoquartier mixte. On laisse miroiter la possibilité d'y installer une épicerie, mais on ne peut pas faire abstraction du fait que les espaces à bureaux vacants sont déjà nombreux au centre-ville et que les projets immobiliers actuellement projetés pourraient subir les contrecoups d'une saturation. Nous nous inquiétons particulièrement pour la viabilité des projets qui visent la densification du coeur, là où nos commerçants font affaire depuis des années, souvent dans des conditions difficiles. Le danger d'éparpillement et de dilution des efforts de densification pourrait nuire à la revitalisation du centre-ville et décourager les gens qui y oeuvrent quotidiennement. L'exemple de la rue Morin, dont l'appel de propositions a littéralement fait chou blanc, est particulièrement éloquent.

Il va de soi, puisqu'il faut tourner notre regard vers l'avenir, que cette décision de la Ville de Gatineau représente une occasion à saisir pour le redéveloppement du centre-ville. Il faut donc absolument rouvrir la discussion pour discuter de la place du pôle principal qu'est le centre-ville par rapport aux deux autres pôles secondaires, faire un bilan du plan d'urbanisme pour le centre-ville et discuter du redéveloppement du site Carillon. Enfin, il faut relancer les idées de grands projets publics visant à redynamiser centre-ville, par exemple la bibliothèque centrale, le marché permanent de la Fonderie, l'Espace Dallaire et l'aménagement du ruisseau de la Brasserie.

L'auteur, Nicholas D'Aoust, est président de Vision centre-ville

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer