Une pionnière du droit des femmes

Selon une étude, le coût d'un accouchement par... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Selon une étude, le coût d'un accouchement par un médecin en milieu hospitalier est 25 % plus élevé que celui d'un accouchement avec sage-femme en maison de naissance ou à domicile.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À l'âge de 88 ans, est récemment décédée Rita Henry-Breault, pionnière remarquable en régulation des naissances.

À la suite d'un reportage dans La Revue populaire en 1962, puis à une entrevue à l'émission télévisée Votre enfant madame en 1963, où Rita Henry-Breault décrivait une nouvelle méthode de régulation des naissances, 2000 lettres de demandes d'aide furent acheminées chez elle! Demandes dramatiques, tel qu'en témoigne le volume de l'ethnologue Diane Gervais. Sensible à la détresse de ces femmes et ces couples, Rita s'est engagée à répondre à chaque lettre, introduisant une méthode de régulation des naissances basée sur la connaissance personnalisée de chaque cycle de fertilité, permettant une prise en charge et une autonomie inédites.

Cette méthode, utilisée en Europe, Rita et son mari en avaient eu connaissance en 1955. À cette époque, la contraception était illégale au Canada, des femmes mettaient leur vie et leur santé en péril avec de multiples grossesses rapprochées. Les couples qui désiraient maîtriser leur fertilité n'avaient que des méthodes approximatives comme la méthode du calendrier (dite Ogino) ou le « retrait » comme recours. Après l'avoir expérimentée avec satisfaction avec un groupe restreint de couples, les Breault proposèrent la nouvelle méthode dans de multiples groupes et conférences. Il n'était pas habituel pour une femme en ces temps de parler de sexualité en public.

Puis devant les nombreuses demandes d'aide venant de toutes parts, il fallut trouver des moyens de répondre plus largement. Rita Henry-Breault collabora intensivement à la préparation du livre «La régulation des naissances», publié aux Éditions du jour en 1963 et rédigé par Hélène Pelletier-Baillargeon et Dr Jacques Baillargeon. Un succès avec 90 000 exemplaires vendus. 

Aussi, grâce au sens de l'organisation de Rita Henry-Breault, des sessions ont été organisées pour former des multiplicateurs de ce savoir. Ce fut le point de départ de l'organisme à but non lucratif Seréna, qui déploie encore, face à de nouveaux défis, des services en gestion de la fertilité naturelle. Seréna s'est propagé à travers le pays à la suite d'une conférence nationale organisée en 1972 par le ministère de la Santé du Canada. En 1994, Rita Henry-Breault reçut le Prix bénévolat, offert par Santé Canada. Au début des années 2000, elle s'employa minutieusement à sélectionner et réunir les archives de Seréna Québec, qui furent déposées à l'Université de Montréal.

Pendant des décennies, Rita Henry-Breault, toujours curieuse des avancées scientifiques et des échanges internationaux sur les initiatives semblables, a contribué au développement et à la diffusion d'une approche naturelle de la fertilité, pour offrir une alternative écologique, économique, sans effet secondaire et appuyée en science, maximisant l'autonomisation des femmes et des couples.

Femme de tête et femme de coeur, l'oeuvre de cette pionnière a changé la vie de nombreuses familles. Sa grande intelligence, sa générosité sans bornes et son sens de l'organisation l'ont amenée à des réalisations exceptionnelles pour les femmes de sa génération. Elle s'est prise en main, a dirigé sa propre destinée et en a aidé beaucoup d'autres à faire de même. Elle a été une pionnière remarquable.

Suzanne Parenteau, médecin et collaboratrice depuis 1958

Marie-Paule Doyle, directrice de Seréna-Canada

Diane Gervais, ethnologue

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer