Ron Racette de retour à Orléans

Ron Racette, à l'époque où il était entraîneur... (Archives Le Soleil)

Agrandir

Ron Racette, à l'époque où il était entraîneur

Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Droit

Le dimanche 21 août dernier, la Société franco-ontarienne du patrimoine et de l'histoire d'Orléans (SFOPHO) a continué son beau travail d'associer des noms francophones à des lieux publics dans cette partie de l'est d'Ottawa.

En collaboration avec le conseiller municipal Bob Monette, la SFOPHO a procédé au dévoilement d'une plaque pour confirmer que l'aréna 1 au complexe récréatif Ray-Friel porte le nom de Ron Racette. 

La décision avait été approuvée par le conseil municipal d'Ottawa en 2015.

Le dévoilement a eu lieu en présence de la veuve de Ronald (Ron) Racette, Christiane, de son fils, Ron Jr, et de la fille de ce dernier, Elora. Le trio était venu de Sherbrooke pour l'occasion. La SFOPHO avait proposé le nom de Ron Racette à la suite du travail de son comité des noms, présidé par Louis V. Patry.

M. Patry, également le vice-président de la SFOPHO, a animé la cérémonie.

Plusieurs natifs et natives d'Orléans ont témoigné de l'importance de Ron Racette comme pionnier sportif de l'ancien village: Denis Roy, André Duford, Jean-Marc Major, Nicole Fortier (présidente de la SFOPHO) et Rollande (Racette) Robert, une soeur de Ron.

D'abord athlète au football, à la crosse et surtout au hockey professionnel durant quelques années, Ron Racette a surtout marqué le paysage du hockey junior majeur au Québec comme entraîneur durant les années 1970. Il est malheureusement décédé en 1984 à 42 ans.

Heureusement, la foule présente a eu l'occasion de rigoler en entendant Jocelyn (Jos) Faucher, un ancien joueur de hockey junior sous Ron Racette et maintenant homme d'affaires à Québec. M. Faucher a même enfilé un veston à carreaux semblable à ceux portés par Ron Racette dans la LHJMQ.

À noter que Pierre Dorion, lui-même originaire d'Orléans, a tenu à assister à l'événement en ce dimanche après-midi malgré son horaire professionnel et personnel de nouveau directeur général des Sénateurs d'Ottawa.

Après Steve Yzerman dans l'ouest et Brian Kilrea dans le sud, Orléans peut maintenant se féliciter d'avoir reconnu le rayonnement d'un de ses fils sportifs. Le p'tit gars d'Orléans est rentré à la maison pour de bon.

L'auteur, Yves Chartrand, habite à Ottawa.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer