Pour mieux supporter la culture en Outaouais

Depuis quelques années, plusieurs organismes et événements culturels... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Depuis quelques années, plusieurs organismes et événements culturels naissent à un rythme accéléré, autant en milieu rural qu'urbain, et participent au bouillonnement culturel de la région.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Droit

En réponse à la chronique de Patrick Duquette du 24 août dernier, Culture Outaouais souhaite apporter son éclairage sur le débat concernant le développement culturel dans la région et particulièrement à Gatineau.

Notre région est en plein foisonnement sur le plan culturel et la consultation de lundi dernier dans le cadre de la révision de la politique culturelle du gouvernement du Québec a permis de témoigner de cette vitalité.

Dans la lignée du rapport sur les ateliers d'artistes déposé en juin dernier au conseil municipal de Gatineau, le milieu culturel se mobilise autour de plusieurs projets porteurs issus de la participation citoyenne. Un projet de coopérative d'habitation de logements abordables pour artistes, un centre des arts de la scène, une coopérative d'ateliers d'artistes, sont autant de projets en gestation portés par les artistes et les travailleurs culturels et souhaités pour l'axe culturel Montcalm au centre-ville de Gatineau.

Depuis quelques années, plusieurs organismes et événements culturels naissent à un rythme accéléré, autant en milieu rural qu'urbain, et participent au bouillonnement culturel de la région. Pour en citer quelques-uns: le Réseau du patrimoine gatinois, le Centre des arts de Chelsea, le Festival Twist, la Place des artistes de Farrelton, le Presbytère de Blue Sea, la Galerie UQO, le Festival de l'Outaouais émergeant, l'École des arts du Pontiac, le Festival international du court-métrage en Outaouais, la Maison Fairbairn, les Éditions Neige-Galerie, le Festival des écrivains de Wakefield, le Centre d'action culturelle de la MRC de Papineau, les Plaisirs du clavecin, etc. 

Il faut souligner que ces initiatives culturelles sont issues des créateurs et des acteurs culturels et témoignent de la vitalité de notre milieu.

Pourtant la vie culturelle de la région, hormis quelques artistes, demeure encore peu connue à l'extérieur des frontières et, oui, on se sent parfois oublié. 

Culture Outaouais souhaite que les programmes du gouvernement du Québec soient adaptés aux réalités du milieu, tiennent compte de notre situation géographique frontalière et respectent la planification et la prise en charge régionale pour assurer une vitalité culturelle et artistique à l'échelle du Québec.

Comme les autres régions, l'Outaouais réclame un meilleur soutien financier de la part du gouvernement du Québec, ce que n'ont pas manqué de souligner Culture Outaouais, la Ville de Gatineau ainsi que les autres groupes qui se sont fait entendre lors de cette consultation.

Nous croyons que dans une perspective de développement local et régional, la culture est à la fois un facteur de cohésion sociale et d'enracinement qui contribue à la vitalité économique, touristique et sociale de notre région. L'Outaouais demeure un vaste territoire où plusieurs municipalités et MRC ont fait le pari de placer la culture au coeur du développement de la ville de Gatineau et de la région.

Pour que l'Outaouais puisse rayonner sur l'ensemble du territoire québécois, nous comptons sur Gatineau comme ville phare sur le plan culturel, mais aussi sur la participation du gouvernement du Québec.

L'auteure, Céline de Guise, est présidente de Culture Outaouais.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer