Fusion en Haute-Gatineau: le pour et le contre

Le vote de dimanche portera sur la fusion... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Le vote de dimanche portera sur la fusion des municipalités de Déléage, d'Aumond, de Sainte-Thérèse-de-la-Gatineau et de Maniwaki (notre photo).

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Droit

Plusieurs citoyens du nord de l'Outaouais iront aux urnes dimanche prochain. L'enjeu du vote: la possible fusion des municipalités de Déléage, Aumond, Sainte-Thérèse-de-la-Gatineau et Maniwaki. Deux lecteurs du Droit partagent ici leur point de vue sur la question.

Des raisons de dire oui

Il y a quelques semaines passées, j'adressais à la population de la Haute-Gatineau une véritable prémonition disant qu'il fallait que la région sorte rapidement de sa torpeur avant que le déclin démographique et économique catastrophique que nous connaissons depuis nombre d'années ne devienne irréversible et entraîne l'exode définitif de notre jeunesse, notre véritable richesse collective et la perte de nos institutions. 

Le projet de fusion qui s'offre à la population dimanche est un exemple éloquent des gestes collectifs à poser pour se sortir ensemble de l'actuelle torpeur qui paralyse la région. 

C'est vrai que le changement amène toujours sa part de craintes et de peur, mais il est tout aussi vrai que la peur est bien mauvaise conseillère, et surtout, qu'avez-vous à perdre au rythme où vont les choses? Absolument rien, bien au contraire.

Il est impératif pour la région de changer rapidement la tendance lourde actuelle et c'est la population de Déléage qui détient la clé initiale de ce changement.

Plutôt que d'envisager la perte possible de biens ou de libertés, imaginez plutôt les avantages incroyables qui découleront de la mise en commun de près de 7000 personnes.

D'une seule voix, le nouveau conseil pourrait exiger de Québec le parachèvement de la route 107 avec les bienfaits économiques qui découleraient d'une circulation accrue, surtout pour les territoires d'Aumond et de Déléage. Il serait difficile et dangereux pour les élus provinciaux de faire la sourde oreille à cette demande.

Imaginez que ce nouveau conseil exige la couverture cellulaire et internet complète du territoire regroupé!

Et combien d'autres avantages y a-t-il à s'exprimer d'une seule voix forte et claire, en plus de la capacité accrue des ressources matérielles et humaines mises en commun!

Bref, refuser la fusion, c'est maintenir le statu quo qui conduit tout droit à l'appauvrissement collectif et à l'exode de notre jeunesse alors. Le dépérissement régional a déjà beaucoup trop duré.

Michel Lacroix, Maniwaki

Un projet de rêveurs, pas de visionnaires

On ne croit pas aux promesses d'économies d'échelle du projet de fusion de Maniwaki, Déléage, Aumond et Sainte-Thérèse. Maniwaki est deux fois plus populeuse que Déléage et sa dette, 11 fois plus élevée.

Le maire Bernard Cayen laisse miroiter des économies sur les salaires des élus, qui seront moins nombreux. Mais ils seront mieux rémunérés. 

Les compensations municipales sont à prendre avec un grain de sel, car elles ne sont pas récurrentes. Attention aussi au remboursement des emprunts relatifs à l'aqueduc et aux égouts de Maniwaki: ils seront partagés avec les urbains de Déléage. Quelle est cette dette?

Quel est l'impact réel des rôles d'évaluation uniformisés avec Maniwaki pour les citoyens de Déléage?

Les deux communautés ne sont pas comparables: Déléage est majoritairement rural et touristique, et Maniwaki totalement urbain.

Et quelles sont les réalisations de nos élus?

Le maire Cayen a promis un débarcadère pour Déléage au lac des Trente-et-un-Milles? Ce projet est très hypothétique et peu réalisable à cause de colonies de plantes aquatiques envahissantes, cpmme le myriophylle à épi.

Le site du pont de pierre qui est un chef-d'oeuvre naturel accessible par route et voie d'eau aménagée avec des subventions. Mais il a été laissé à l'abandon. Nous avons reçu des subventions pour des projets que l'on n'entretient pas par la suite.

Cette fusion? Un projet mal ficelé, pensé par des pelleteux de nuage. Un projet de rêveurs, pas de visionnaires. Que des promesses et des questions sans réponse.

Nous nous attendons à ce que nos élus soient à l'écoute des citoyens et gèrent les fonds publics de façon responsable, respectent les budgets et travaillent en équipe pour le bien de toute la région afin de trouver avec les gouvernements des emplois durables .

S'il doit y avoir un projet de fusion, il aurait plus de sens en mariant des territoires similaires comme Déléage, Aumond et Sainte-Thérèse.

Kathleen Lafontaine, Déléage

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer