Une éducation à la démocratie

Littératie et démocratie vont de pair, affirme l'auteur... (123RF)

Agrandir

Littératie et démocratie vont de pair, affirme l'auteur de ce texte. Quand il est question d'accueil et d'intégration, d'égalité dans la diversité, les auteurs de livres pour enfants peuvent jouer un rôle clef.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Droit

La terreur, la haine et la mort alimentent plus que jamais les bulletins de nouvelles. Il ne se passe plus une semaine ou presque sans qu'une tuerie ne fasse la Une. Il n'y a pas si longtemps, les conflits armés avaient cours dans de lointaines contrées: Afghanistan, Syrie, Ukraine. Aujourd'hui, il n'y a plus un seul pays à l'abri de ce qui risque bien de marquer le XXIe siècle au fer rouge: le terrorisme.

Je suis pessimiste par nature. Mon verre est toujours à moitié vide plutôt qu'à moitié plein. J'ai tendance à voir le côté noir des choses. Vous me direz sans doute que je suis bien servi au chapitre du terrorisme.

N'empêche que le pire est sans doute à venir.

Il risque toujours d'y avoir l'effet copycat, d'une part, et nous sommes dans un village plus global que jamais, d'autre part. Les gares, les aéroports et les stades ne sont plus les seuls lieux à surveiller. S'ajoutent maintenant les discothèques et promenades.

Aux 19e et 20e siècles, quand un nouveau premier ministre annonçait la composition de son cabinet, la presse braquait le plus souvent les projecteurs sur le titulaire des Finances, des Affaires étrangères et de la Santé. Depuis peu, on se tourne vers l'Immigration. Demain, je crois que ce sera la Sécurité publique.

On a commencé à parler régulièrement de terrorisme avec la guerre en Afghanistan et celle en Irak. Nos soldats allaient prêter main-forte à des forces alliées et à l'OTAN. Mais voilà que le terrorisme s'infiltre dans la vie quotidienne de nos sociétés démocratiques. Des danseurs (Paris, Orlando) et des fêtards (Nice) deviennent des cibles de haine. Et on est en droit de se demander si les touristes ne voyagent pas désormais à leur risque et péril, peu importe le continent.

Lors des derniers attentats en France et aux États-Unis, la police a souvent découvert que les auteurs terroristes étaient des fils de familles qui avaient été accueillies dans le pays touché par un soudain attentat. Ils ont grandi et ont été éduqués «chez nous». Est-ce dire que le système d'éducation a failli à la tâche? Chose certaine, l'intégration demeure une bête sauvage mal domptée.

C'est bien normal que les programmes scolaires investissent beaucoup dans la littératie. Ne faudrait-il pas aussi miser sur une éducation à la démocratie? 

Cette démocratie, la bête noire des terroristes. La France, pays des droits de la personne, a été durement touchée par le terrorisme.

Après Charlie Hebdo et le Bataclan, voici que Nice est attaquée en pleine célébration de la Fête nationale. Ce sont la Liberté, l'Égalité et la Fraternité qui ont été visées - la démocratie, donc.

Tout élève, qu'il soit nouvel arrivant ou de souche, doit être initié très jeune aux valeurs d'accueil, d'égalité dans la diversité et de responsabilité communautaire.

Cela doit commencer dès la prématernelle par la présentation d'albums au contenu rassembleur.

Dans le contexte actuel, je n'hésite pas à dire que littératie et démocratie vont de pair.

Quand il est question d'accueil et d'intégration, d'égalité dans la diversité, les auteurs et illustrateurs de livres pour enfants peuvent jouer un rôle clef. Il en va du mieux-être et de l'avenir de nos collectivités.

L'auteur, Paul-François Sylvestre, est un écrivain basé à Toronto.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer