Usurpation de bilan à Gatineau

Le conseiller Maxime Tremblay n'a pas apprécié que... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Le conseiller Maxime Tremblay n'a pas apprécié que le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, dresse le bilan du conseil municipal sans consulter ses collègues à la table du conseil.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

LETTRE OUVERTE / Que Maxime Pednaud-Jobin souhaite faire le bilan de ses réussites personnelles comme maire de Gatineau, ça peut toujours aller. Mais qu'il fasse le bilan du programme du conseil de la ville dans son entier, sans que les conseillers aient eu l'occasion d'en discuter, là, ça ne va pas du tout.

Ce n'est pas le bilan du maire que l'on doit présenter, c'est celui de l'ensemble du conseil. Ça veut dire les six conseillers minoritaires du parti du maire et les 12 autres qui sont indépendants, plus le maire. Le conseil municipal de Gatineau, c'est l'ensemble de ses élus et pas seulement le maire.

À lire ce bilan, on croirait qu'il n'y a que lui qui travaille à Gatineau. Aucune mention de l'implication des autres. Si le thème de ce premier article est le leadership, en voilà un mauvais exemple flagrant. De faire un programme du conseil était une excellente idée et répondait à ma vision d'une saine gestion et d'une imputabilité politique. Mais une organisation mature et bien organisée se doit de faire un bilan et une mise à jour chaque année. C'est ce que j'ai proposé au maire de faire chaque année.

Si de faire une conférence de presse d'un front commun qui présente un document vieux de plus d'un an, d'où sont absents les élus provinciaux et fédéraux de la région et que l'on en profite pas pour demander l'appui du front commun pour le projet Place des festivals supportés par le conseil municipal, encore une fois on repassera pour le leadership.

Mes collègues conseillers ont leur district à coeur et travaillent à l'épanouissement de leurs concitoyens. 

Dans le Plateau, le district que je représente, nous avons ouvert le boulevard du Plateau entre Aylmer et le boulevard Saint-Raymond pour stimuler l'urbanisation, le commerce et la libre circulation des citoyens. Nous avons obtenu du financement pour la bibliothèque, pour le parc central sur Bruxelles, pour les plans de la réfection du chemin Pink et pour l'agrandissement du centre communautaire. Ces dossiers, comme dans tous les districts, ce sont les conseillers qui les pilotent, pas le maire. J'ai pris un engagement important et c'est de toujours voter en fonction de ce je crois être le mieux pour les citoyens.

Programme du conseil et bilan du programme du conseil du maire, un autre exemple que le maire préfère travailler seul dans son bureau.

Les deux seuls dossiers que Maxime Pednaud-Jobin mène directement, ce sont ceux de l'aréna Robert-Guertin et du camping des itinérants du ruisseau de la Brasserie.

À vous de juger de son bilan réel...

L'auteur, Maxime Tremblay, est conseiller du district du Plateau à Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer