Une petite dame au grand coeur

Madeleine Meilleur aura eu la francophonie à coeur... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Madeleine Meilleur aura eu la francophonie à coeur depuis ses débuts en politique.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le départ de Madeleine Meilleur de la vie politique laisse très peu de personnes indifférentes. Son héritage politique est souvent identifié en fonction de projets de loi adoptés, des programmes communautaires financés, l'amélioration des fonctions administratives gouvernementales et les attentes politiques non réalisés. Mais il existe un autre héritage qui aura aussi une pérennité dans le coeur et le vécut des individus et en particulier, les francophones.

Elle est la première Franco-ontarienne à avoir accédé aux plus hauts postes du système politique de la province. Comme Procureur général de l'Ontario, Madeleine Meilleur a accès à la plus importante fonction dans l'administration de la justice en Ontario, poste très exigeant et demandant un engagement des plus élevés au respect de la justice naturelle et de la primauté du droit. On oublie son chemin politique afin d'y arriver, son engagement et son dévouement tant politique qu'au sein de sa communauté afin de se voir accorder cette confiance.

Elle s'avère aussi un modèle pour les femmes et les jeunes filles où elle a su prendre sa place afin de gagner ses élections et obtenir la confiance des Premiers ministres afin d'être nommée au sein du cabinet. Ces exploits sont une inspiration pour les femmes et les jeunes filles de s'investir activement dans la politique et de prendre le risque. Elle a osé et le succès a été au rendez-vous pour elle grâce à son instinct et sa volonté de travailler avec acharnement. Son succès politique nous confirme que les femmes peuvent réussir en politique et faire une différence pour le bien d'une communauté.

Il est certain que nous avions des attentes comme francophones portant sur des projets non réalisés, mais la politique est l'art du possible. Souvent les dossiers sont en fonction des opportunités et des pressions du moment et les francophones n'ont pas toujours été la priorité gouvernementale sur des questions de fond. Toutefois, nous avons eu une excellente représentante de la réalité francophone au sein du gouvernement de l'Ontario et une voie pour les francophones et les francophiles. Les dossiers non résolus doivent être repris par le prochain ministre délégué aux affaires francophones. Voilà comment les Franco-Ontariens ont bâti leur devenir collectif : par l'étapisme, brique par brique.

D'origine québécoise, elle a su faire une belle carrière en Ontario et ceci est un exemple pour les nouveaux arrivants et les immigrants s'intégrant en Ontario, incluant les citoyens des autres provinces canadiennes. On a un avenir en Ontario français et Madeleine Meilleur est un exemple d'une volonté de s'investir et de faire une différence dans sa communauté. Elle est devenue franco-ontarienne par appartenance et a su être un symbole de la réalité francophone ontarienne.

Madeleine Meilleur a marqué les individus dans leur quotidien par sa présence aux événements communautaires de façon régulière, par son enthousiasme et son sourire. Après tant d'années en politique, l'usure des fonctions ne l'a pas empêchée d'être proche des individus et de partager leurs succès et difficultés. L'écoute est tellement importante dans une société qui vit au rythme de l'électronique et des réseaux sociaux et où les contacts humains sont devenus de moins en moins fréquents. Ces gestes humains resteront dans l'imaginaire des personnes avec qui elle à communiquer avec. Un geste très simple qui en dit tout sur sa personne : l'individu à sa place.

L'auteur, Gilles LeVasseur, est professeur et constitutionnaliste à l'Université d'Ottawa.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer