Merci Madame la ministre

Madeleine Meilleur aura eu la francophonie à coeur... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Madeleine Meilleur aura eu la francophonie à coeur depuis ses débuts en politique.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'annonce de la démission de Madeleine Meilleur a causé la surprise jeudi. Depuis, les messages d'hommage déferlent, tant de la part des dignitaires que des citoyens. En voici quelques-uns.

Vouloir et pouvoir

Georges Clemenceau disait: «Seulement les paroles sont belles, les actes dont difficiles, pénibles, cruels et parfois douloureux.»

Cela nous donne une idée du travail exceptionnel qu'a accompli Madeleine Meilleur.

Elle n'a pas pu réaliser tout ce que nous souhaitions et qu'elle aurait voulu nous donner, mais elle au moins est allée bien au-delà des paroles lénifiantes, avec un courage et une détermination exemplaires. Elle a ainsi permis à la communauté franco-ontarienne de faire des avancées spectaculaires.

On ne l'en remerciera jamais assez. Et il faut espérer qu'elle comprendra et pardonnera l'ingratitude de ceux qui ne réalisent pas qu'elle a fait le maximum possible.

Il reste à espérer que l'impulsion francophone qu'elle a donnée à l'Ontario ne s'éteindra pas avec son départ et qu'elle conduira la province à toujours mieux respecter ses origines francophones.

Roland Madou, Ottawa

La dame de Kiamika

Je me sens triste à l'idée que la dame de Kiamika ne sera plus de toutes nos célébrations de fierté.

Au début, je me souviens de ses hésitations devant les micros et caméras. Un art qu'elle a maîtrisé avec le temps. Sans flamboyance. Sans éclat. Derrière le rideau, c'était toute autre.

Après avoir supporté les insultes des francophobes lors de l'adoption de la politique du français à la Ville d'Ottawa, elle est élue à Queen's Park. Comme un sherpa, Madeleine Meilleur a porté tous nos dossiers et nos aspirations au conseil des ministres avec efficacité et sans fracas.

Aurait-elle guidé la première ministre Kathleen Wynne avant les excuses officielles du gouvernement pour les torts du Règlement 17? On ne le saura peut-être jamais... sauf que les proches se doutent d'une inspiration Madeleine Meilleur dans ce geste historique.

Merci au Québec de nous avoir prêté Madeleine pour tant d'années.

Marc Ryan, Embrun

De digne manière

Madeleine Meilleur a prouvé qu'il est possible de promouvoir la francophonie sans sombrer impérativement dans l'anglophobie.

René Thibault, Ottawa

Notre princesse

Notre Madeleine, elle porte son corps comme une formule de politesse, un vêtement jeté vite sur l'âme pour recevoir ses amis. 

Nous étions tous ses amis. Nous le sommes encore et pour longtemps. 

Je me souviens de Madeleine Meilleur lorsque j'étais directeur de La Nouvelle Scène. Nous l'appelions «la princesse» de notre centre de théâtre. 

À cette époque, La Nouvelle Scène n'avait pas encore pignon sur rue et se battait pour accéder à un financement de base. Madeleine était là. Elle a tout fait pour nous. Dans le combat quotidien pour défendre nos droits, Madeleine naviguait comme un poisson dans l'eau. Voix calme, posée, assurée. Elle partait au combat avec le calme des gagnants. 

C'est elle qui m'a appris que la vraie victoire, c'est quand il n'y a pas de vaincus.

Elle aura vécu toute sa carrière politique avec une esthétique et une éthique de l'exception. Merci Madeleine! C'est si peu dire que nous t'aimons.

Jean Malavoy, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer