Gatineau, 50 ans après

Les récipiendaires de l'Ordre de Gatineau: Claude Laramée,... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

Les récipiendaires de l'Ordre de Gatineau: Claude Laramée, Pierrette Froment-Savoie et Pierre Bergeron, en compagnie du maire Maxime Pedneaud-Jobin (à gauche). Francine de Montigny, aussi honorée mercredi soir, était absente.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Droit

Allocution prononcée par Pierre Bergeron à l'occasion de la remise de l'Ordre de Gatineau le mercredi 25 mai 2016. Il a notamment occupé les postes d'éditeur et d'éditorialiste au quotidien LeDroit.

Chers nouveaux membres de l'Ordre de Gatineau, Francine Demontigny, Pierrette Froment-Savoie et Claude Laramée, avec qui j'ai plusieurs points de convergence et de connivence...

Je suis touché de recevoir l'Ordre de Gatineau à titre honorifique. Comme plusieurs d'entre nous, je suis devenu Gatinois. J'y suis arrivé en 1966 de mon Saguenay natal... il y a donc 50 ans. Ma chère Élisabeth Delaporte et moi y avons élevé nos enfants. À travers les méandres de la profession et de nos engagements, nous nous sommes fait un nid à Gatineau sans ne jamais nous sentir à l'étroit dans la région de la capitale nationale. Bien au contraire. Nous y sommes bien. Nous en apprécions le milieu de vie, la nature généreuse, la diversité, l'ouverture et l'accueil. 

L'«honorifique» de la procédure qui me fait membre de l'Ordre de Gatineau (dont j'ai fait partie du premier jury) confère à cette reconnaissance une signification spéciale. Comme l'Ordre du Canada, elle sert d'ancrage à mon attachement à mon pays, et à ma ville. 

Je le dis et je le répète, Gatineau s'intègre à une région d'envergure, capitale internationale et membre du club le plus sélect de la planète, le G-7.

Comme 70% de Gatinois, il faut composer avec la double allégeance de nos origines d'autres régions, et du choix que nous avons fait de vivre ici pour des raisons professionnelles ou familiales. C'est souvent ce qui explique les défis de notre attachement à notre ville qui, avec Ottawa, forme une agglomération de choix et d'excellence. 

Nous avons parfois tendance à penser que notre ville, c'est comme un ailleurs. Or, nous devons mettre notre fierté, notre attachement et notre enthousiasme à la place d'honneur qui leur revient. Nous devons nous donner l'énergie nécessaire pour continuer de bâtir notre ville, la faire grandir et l'améliorer.

Depuis de nombreuses années, je participe à ce que l'on appelle le «Petit Sénat de Gatineau», un groupe informel de passionnés de notre ville... et nos invités qui représentent ce qu'il y a de beau et de grand chez nous. Oui, il y a des passionnés de Gatineau!

Je salue également tous mes collègues de l'information locale et régionale (et en particulier l'éditeur du Droit, Pierre-Paul Noreau et un collègue très cher depuis 40 ans, Michel Picard). Ils doivent, à tous les jours, relever les défis d'informer, d'animer et de stimuler la réflexion sur les grands enjeux de notre société multiple, diversifiée et plurielle. Relever les défis de l'information de proximité, c'est maintenir cet équilibre fragile de l'information régionale, quelles qu'en soient les plateformes, avec professionnalisme, responsabilité, sagesse... et en français. 

Notre ville regorge d'un potentiel énorme au diapason d'une société moderne. Je rêve qu'un jour on se promènera en barque sur le ruisseau de la Brasserie dont les rives seront éclairées jusqu'à la rivière des Outaouais, que l'on pourra skier sur des pistes éclairées, du boulevard de la Cité-des-Jeunes, tout au nord, jusqu'au parc Jacques-Cartier en plein coeur de Gatineau, rouler à vélo de Buckingham à Aylmer sur des bandes cyclables, regarder des projections sur un rideau d'eau descendant des ponts Alexandra et Cartier-Macdonald, se stationner et marcher du centre-ville de Gatineau pour assister à une partie des Sénateurs sur les plaines LeBreton, à Ottawa. Le rêve, la fierté, la créativité et l'harmonie doivent devenir des vecteurs de notre avenir, de notre Gatineau. Je vous remercie de cet honneur et vous assure que j'en témoignerai avec une juste fierté gatinoise.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer