L'abus d'alcool, plus grave à Ottawa

La surconsommation d'alcool fait du mal aux résidents d'Ottawa. Une grande... (Photo Digital/Thinkstock)

Agrandir

Photo Digital/Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La surconsommation d'alcool fait du mal aux résidents d'Ottawa. Une grande majorité de Canadiens consomment de l'alcool, soit environ 80 %, et bon nombre d'entre eux boivent de façon raisonnable et responsable dans des rencontres sociales, des fêtes ou des moments de détente. Toutefois, l'alcool demeure la substance dont on abuse le plus à Ottawa et les torts qui y sont associés causent un nombre important de blessures et de maladies.

Les adultes d'Ottawa boivent plus comparativement à d'autres adultes en Ontario et la situation est pire encore chez les jeunes adultes : les trois quarts des jeunes hommes et la moitié des jeunes femmes disent consommer de l'alcool de façon excessive une fois par mois ou même plus.

L'alcool n'est pas une substance inoffensive et sa consommation fait des ravages dans notre collectivité. Ses effets laissent trop souvent des cicatrices profondes et destructrices dans les milieux des écoles, du travail et dans les familles. Parmi ses effets directs, notons les agressions physiques et sexuelles, les collisions liées à la conduite avec facultés affaiblies, la violence et l'éclatement des familles, ainsi que ses effets à long terme sur la santé tels les troubles du spectre de l'alcoolisation foetale, les maladies chroniques, la cirrhose et diverses formes de cancer. 

Chaque année, environ 110 personnes meurent à Ottawa de diverses causes reliées à l'alcool. 

Ces décès, tous évitables, surviennent dans nos familles, nos cercles d'amis et parmi nos collègues de travail.

La consommation excessive d'alcool est un produit de nos environnements physiques, sociaux et culturels et elle nuit aux autres. Au cours de la dernière année, un Canadien sur trois indique avoir souffert de la surconsommation d'alcool d'une autre personne. Qu'on se le dise : la consommation d'alcool et ses conséquences ne sont pas simplement une question de choix individuels.

Santé publique Ottawa a entamé une conversation dans la collectivité afin de faire en sorte que la modération devienne la nouvelle norme en matière de consommation d'alcool.  

Les choix individuels ont des impacts sérieux sur toute notre collectivité. Je suis heureux de voir que le gouvernement provincial prépare une nouvelle politique en matière d'alcool dans le but d'en réduire les effets nocifs. Ce travail important s'inscrit dans le nouveau rapport sur l'alcool et la santé publié par l'administrateur en chef de la santé publique du Canada. L'importance accordée à l'alcool à l'échelle nationale et provinciale souligne la nécessité d'adopter une approche qui établit un équilibre entre ses effets nocifs et ses bienfaits.

Santé publique Ottawa sollicite les commentaires du public entourant les effets sur la population locale de la consommation excessive d'alcool à Ottawa. Les résidents peuvent se rendre à DonnerVotreAvisOttawa.ca, écrire à healthsante@ottawa.ca ou composer le 613-580-6744. Le dialogue sur l'alcool ouvre la voie à un changement réel dans notre collectivité. J'invite tous les résidents d'Ottawa à faire connaître leur point de vue sur la façon de faire de la modération la nouvelle norme dans notre collectivité.

L'auteuer, Dr Isra Levy, est médecin chef en santé publique, Santé publique Ottawa.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer