Ottawa et les changements climatiques

La Ville d'Ottawa est prête à prendre des mesures audacieuses, mais nécessaires... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Ville d'Ottawa est prête à prendre des mesures audacieuses, mais nécessaires en matière de changements climatiques.

C'est pourquoi j'ai présenté une motion, adoptée par le comité de l'environnement, qui nous amènera à nous dépasser, à cheminer vers un avenir meilleur grâce à un objectif clair et ambitieux de protection du climat, et à arrimer nos efforts aux cibles provinciale, nationale et internationale.

Or, les défaitistes mettent en doute la pertinence d'établir des cibles ambitieuses lorsqu'un plan par étapes fait défaut. Parmi eux, le chroniqueur du Droit Patrick Duquette craint de voir la crédibilité d'Ottawa mise à mal dans le cas où elle raterait son objectif («Procéder à l'envers», 18 février). Nous devrions d'abord élaborer un plan d'action, croit-il, en fonction duquel nous fixerions une cible.

Mais pour atteindre une cible, il faut d'abord la définir. Au lieu de nous soucier de notre crédibilité future, nous devons agir maintenant afin d'éviter que l'évolution actuelle du climat ne donne lieu à une crise majeure entraînant d'importants coûts sociaux et économiques.

Deux manières

Il y a deux façons de faire de la politique. La première favorise l'établissement d'objectifs ambitieux qui poussent les citoyens à voir grand. La seconde préconise une succession de petites étapes réalisables s'inscrivant dans un plan de travail mesurable, où les objectifs sont cochés à mesure qu'ils sont atteints.

Il est tentant de croire que ces deux visions s'excluent mutuellement, mais en fait, on peut les conjuguer. C'est ce que ma motion reflète.

J'ai proposé qu'Ottawa réduise ses émissions de gaz à effet de serre de 80% d'ici 2050 par rapport aux émissions de 2012. Cet objectif est conforme à la cible provinciale et à l'intention de la communauté internationale de limiter le réchauffement planétaire à 1,5 °C.

Afin que nous atteignions cet objectif, je propose:

  • qu'Ottawa se joigne au Compact of Mayors, une initiative mondiale de lutte contre les changements climatiques à l'échelle locale, coordonnée par des réseaux de grandes villes;
  • que le président du comité de l'environnement travaille avec le groupe de travail interservices créé dans le cadre du Plan de gestion de la qualité de l'air et des changements climatiques de 2014 et avec des intervenants externes afin d'élaborer un plan détaillé de mise en oeuvre visant l'atteinte de notre cible;
  • que le personnel de la Ville évalue la possibilité d'élaborer et de mettre en place des normes sur la performance énergétique minimale des édifices résidentiels et commerciaux.
Nous sommes déjà en train de mettre en oeuvre notre plan d'action 2014. Adoptons maintenant une cible plus ambitieuse, qui servira de point de mire pour la prochaine génération d'idées novatrices destinées à protéger le climat de l'empreinte humaine tout en protégeant les résidents, les communautés et les économies d'un climat de plus en plus imprévisible.

L'auteur, David Chernushenko, est conseiller municipal du quartier Capitale, à Ottawa. Il est notamment président du comité de l'environnement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer