Un dossier incomplet sur le maire Watson

Le maire d'Ottawa, Jim Watson... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Le maire d'Ottawa, Jim Watson

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il est malheureux de lire les conclusions de l'article «Francophonie: le bilan mitigé de Jim Watson» (3 février).

L'étude dont on parle dans l'article est très limitée dans son contenu et dans le temps. En effet, l'étude des universitaires est basée sur les motions et les procès-verbaux de la Ville d'Ottawa de 1980 à 2000. Nous sommes en 2016! Il y a 16 ans!

Les procès-verbaux ne sont pas l'idéal pour représenter un tableau complet des activités d'une ville. On ne tient pas compte de tous les services en français offerts, des budgets alloués à nos activités culturelles et sportives, à nos centres communautaires, et j'en passe.

Au cours des dernières années, le maire Jim Watson s'est prononcé en faveur de nombreux projets et d'initiatives favorables aux francophones d'Ottawa. Par exemple, les subventions annuelles à La Nouvelle Scène, l'appui public à la mise sur pied d'Unique FM, de sa participation dans des centaines d'événements annuels, des accords avec nos institutions francophones tel que le collège La Cité, son appui pour la création de la politique sur le bilinguisme en 2001, et j'en passe.

Tout n'est pas parfait. Oui, les francophones de la ville se battent depuis un bon bout de temps pour assurer qu'Ottawa accepte d'assurer la pérennité de l'égalité du français et l'anglais en l'enchâssant dans la loi provinciale qui a créé la Ville d'Ottawa.

D'ailleurs, ce projet Ottawa ville bilingue, qui a été développé par un regroupement des grandes organisations francophones d'Ottawa sera formellement présenté au maire Watson et les conseillers prochainement. Nous sommes confiants que M. Watson, avec l'appui d'une majorité au conseil, reconnaîtra le bien-fondé de la reconnaissance et acquiescera à la demande de la population de la ville, la capitale du Canada.

L'auteur, Lucien Bradet, milite pour le projet Ottawa ville bilingue.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer