Ottawa bilingue: j'appuie

Il est nécessaire que la capitale du Canada... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Il est nécessaire que la capitale du Canada soit le reflet de la dualité linguistique canadienne.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les francophones d'Ottawa travaillent à faire reconnaître le caractère bilingue de la capitale du Canada et l'égalité des droits et obligations des langues française et anglaise à Ottawa.

Pour y arriver, plusieurs associations ont regroupé leurs efforts pour adopter des textes décrivant la portée de cette reconnaissance du caractère bilingue d'Ottawa.

Le texte juridique n'est pas parfait ni n'inclut toutes les revendications de plusieurs acteurs de la communauté. Il a toutefois le mérite de dégager un consensus afin de démarrer une démarche formelle auprès du conseil municipal d'Ottawa.

Il est nécessaire au départ qu'une majorité des conseillers municipaux votent pour cette démarche. C'est le prochain grand défi de la Table de concertation. Pour y arriver, il fallait décrire ce que l'on entend par ce caractère bilingue et les droits et obligations qui doivent être prescrits afin d'obtenir l'égalité de statut des langues française et anglaise à Ottawa.

Il ne s'agit pas de créer une nouvelle série de dispositions législatives créant de nouveaux droits ou obligations. Le chauffeur d'OC Transpo ne perdra pas son emploi parce qu'il ne peut communiquer en anglais et en français, ni les policiers ou pompiers. Les fonctionnaires municipaux non plus. En somme, il y a un respect des conventions collectives et des emplois au sein de la municipalité.

Pourquoi alors les citoyens d'Ottawa doivent-ils embarquer dans cette démarche? 

Parce qu'au départ, il est nécessaire que la capitale du Canada soit le reflet de la dualité linguistique canadienne. Et que ceci commence par une reconnaissance formelle de son caractère bilingue et de l'égalité de droits et obligations des langues française et anglaise à Ottawa. 

À l'aube du 150e anniversaire de la Confédération, le Canada doit regarder vers l'avenir et travailler pour que nous puissions tous collectivement y participer à parts égales. Ceci comprend le respect des langues officielles au sein de la municipalité, le lieu de nos principales institutions démocratiques canadiennes.

La démarche proposée permettra de continuer à travailler ensemble afin d'améliorer la prestation des services de la Ville d'Ottawa dans les deux langues officielles. 

La Ville d'Ottawa doit être fière de sa place au sein du Canada et doit agir comme leader afin de présenter à tous les Canadiens, l'importance des valeurs canadiennes, dont la dualité linguistique. C'est par une reconnaissance législative que la Ville d'Ottawa peut démontrer son attachement à un principe fondamental du Canada.  

Voilà pourquoi j'appuie la démarche présentée par la Table de concertation sur le caractère bilingue d'Ottawa. Comme francophones, nous devons au départ parler d'une seule et même voix afin de faire comprendre notre position à tous les acteurs impliqués. Même si nous avons des points de vue opposés sur certains éléments, l'étapisme a toujours été la norme en Ontario afin de faire progresser les droits linguistiques. Cette démarche va dans ce sens et nous devons nous rassembler afin que les communautés anglophones et francophones d'Ottawa puissent partager l'idéal de cette dualité linguistique.

Par l'adoption de cette démarche proposée par la table, la Ville d'Ottawa sera un modèle pour les municipalités à travers le Canada vers la promotion de l'égalité des langues française et anglaise lors de la prestation de services municipaux.

L'auteur, Gilles LeVasseur, est professeur et constitutionnaliste à l'Université d'Ottawa.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer