Le ski de fond en Outaouais: pourquoi et comment

Pourquoi le ski de fond doit être une priorité pour le tourisme en Outaouais?... (Archives, La Presse)

Agrandir

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pourquoi le ski de fond doit être une priorité pour le tourisme en Outaouais? D'abord, trois événements majeurs de ski au Canada s'y déroulent en Outaouais: le Marathon canadien de ski de fond, la Gatineau Loppet et le Ski tour Canada.

Nous avons sur notre territoire (Gatineau, Chelsea et Wakefield), l'un des plus beaux centres de ski de fond au Canada: le parc de la Gatineau. On peut y pratiquer toutes les formes de ski de fond (skate, classique, hors piste) sans compter qu'on peut y coucher (yourtes).

Jamais une saison n'a été mise à mal comme le patin (si le canal Rideau ne gèle pas). Il y a toujours assez de neige pour skier, ne serait-ce que sur les promenades. Le ski de fond est un sport démocratique, peu coûteux, qui peut être pratiqué à tout âge avec moins de risques d'accidents.

On peut se retrouver sur une piste à 5 ou 10 minutes du centre-ville. Le réseau de pistes est connecté au centre-ville de Gatineau, près de la Maison du vélo, remonte vers le parc par le lac Leamy jusqu'au Relais Plein Air via le sentier Philemon-Wright). On peut même aller travailler en ski de fond puisque Gatineau trace le sentier jusqu'au centre-ville, comme dans les pays scandinaves.

Aucun endroit au Canada n'offre un tel réseau urbain connecté à celui d'un parc national. Cela impressionne toujours les touristes étrangers. Comment en faire la promotion, maintenant?

D'abord, en faisant la promotion des événements de ski de fond et des activités connexes qui peuvent en tirer parti (musée, restaurants, etc). Il y a une clientèle à l'étranger qui recherche des expériences uniques., Aussi en mettant en valeur que le ski de fond se fait sans faire de route ou presque. Le réseau est en ville! En faisant ressortir que le ski est faisable même avec peu de neige. Les sentiers ailleurs étant en foret, il faut généralement beaucoup plus de neige pour y accéder.

Il faut cibler la clientèle skieuse du nord des États-Unis, de l'Ontario et partout au Québec. Les pays européens aussi seront attirés si on combine le tout avec un volet très québécois, canadien et autochtone: cabane à sucre, histoire du pays, pratiques autochtones, etc. Enfin, il faut développer des activités connexes: la location d'équipement, des cours, des guides, des forfaits, etc., et bien «emballer» notre produit. Il faut être créatif et ne pas hésiter a se vanter. On est tellement modeste!

Il faudra finalement répéter ce message pendant plusieurs années, en collaborant avec le parc de la Gatineau et tous les autres intervenants de l'industrie. Car il faut du temps pour développer une marque de commerce.

L'auteure, Louise Poirier, est communicatrice et ex-conseillère à Gatineau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer