Budget à Ottawa: le statu quo est inacceptable

Le Comité des services communautaires et de protection et la Commission du... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Comité des services communautaires et de protection et la Commission du transport en commun de la Ville d'Ottawa ont voté en faveur de l'adoption de leurs budgets tels que soumis. Si cela est représentatif de la façon dont d'autres comités vont voter, le résultat net sera carrément la poursuite du pragmatisme unidimensionnel adopté par le conseil municipal qui prévoit de limiter à 2% la hausse d'impôt foncier. Et ce, malgré le fait que les résidents d'Ottawa aient passé de nombreuses heures à dire aux conseillers qu'ils souhaitent le contraire.

La majorité des agences communautaires d'un bout à l'autre d'Ottawa trouvent inacceptable de maintenir le statuo quo. Alors que l'on met l'accent sur l'infrastructure physique dans notre ville, il y a eu baisse du financement des services sociaux, dont les services de garde d'enfants, le transport en commun, la sécurité alimentaire, l'aide sociale, les programmes de loisirs, les logements abordables et la santé publique.

La population à faible revenu à Ottawa a augmenté au cours des cinq dernières années. Pourquoi le budget 2016 ne reflète-t-il pas cette croissance? En gardant le cap, on ne fait que perpétuer le cycle de l'alourdissement du fardeau économique et de l'accroissement des coûts sociaux qui pèse sur les services de la Ville.

Étant donné qu'Ottawa sera au premier plan des préparatifs en vue des célébrations du 150e anniversaire de la Confédération en 2017, et à l'aube d'une nouvelle ère de gouvernance fédérale, il faudrait mettre notre gouvernement municipal au défi de faire preuve de leadership et d'assumer le renforcement de son infrastructure sociale.

Le maire et le conseil municipal ont certes fait de l'excellent travail pour la ville. Cependant, il faut réinvestir dans l'ensemble de la communauté - et il s'agit de faire bien plus qu'octroyer les fonds supplémentaires nécessaires. Il s'agit aussi de repenser les solutions permettant d'assurer une vie juste et saine pour tous. En oeuvrant ensemble en partenariat avec le conseil municipal, nous pouvons y arriver.

Les résidents et les agences communautaires concernés ont jusqu'au 9 décembre - date à laquelle le conseil municipal votera le budget 2016 - pour signifier au maire et aux conseillers municipaux que le statu quo est inacceptable.

Les auteurs, Luc Ouellette et Cam MacLeod, sont coprésidents de la Coalition des centres de ressources et de santé communautaires d'Ottawa.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer