Si chez eux, c'était aussi un peu chez nous?

L'allégeance québécoise n'est en rien diminuée par une... (Archives Le Soleil)

Agrandir

L'allégeance québécoise n'est en rien diminuée par une appartenance canadienne, estime le ministre Jean-Marc Fournier.

Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Depuis quelques temps, les médias nous font revivre les batailles référendaires d'il y a 20 et 35 ans. On nous dit que rien n'a changé, que nous sommes sans projets et confrontés à un seul choix: oui ou non... Toujours à la même question!

Sommes-nous vraiment bloqués par ce seul choix? Si l'on ne regarde que derrière, peut-être. Mais, pour un instant, si l'on vivait le moment présent en regardant vers l'avant?

Le 30 octobre 2015, jour de lancement, à Québec, du Réseau des villes francophones et francophiles d'Amérique, la salle de réunion est pleine. Une Autochtone est d'abord invitée sur scène. Avant Champlain, le territoire était déjà occupé. C'est dans l'ordre des choses qu'une des leurs lance la journée. Elle nous rappelle l'inacceptable fossé qui sépare nos nations. Le français s'est propagé sur un immense territoire, grâce à eux. Soyons francs: sans eux, nous ne serions pas là. Comment faire l'état des lieux du français en Amérique sans se sentir investi de la responsabilité de sortir cet inacceptable fossé de l'oubli et, à défaut d'effacer le passé, d'au moins commencer à changer le présent?

Les présentations se succèdent et se répètent. Le français n'est plus sur la défensive: il progresse, il est fier et il s'affirme. On ne le chuchote plus: on le célèbre. Il a retrouvé une légitimité et est de plus en plus reconnu et accepté. Bien sûr, ce n'est qu'un début; la marche est encore longue.

Héros inconnus

Certains rappellent le fait que nos ancêtres ont nommé tant de lieux en Amérique. Nous avons des héros inconnus, perdus sous le passage du temps et, avec lui, le déferlement d'une immense vague anglophone. Nos communautés francophones ont été isolées et se sont peu à peu éloignées l'une de l'autre. On connaît les batailles qu'elles ont chacune menées et qui les ont marquées. Elles furent nombreuses dans les Prairies, en Ontario et partout, le Québec inclus. On sait aussi qu'il y en aura encore.

Mais voilà, ce matin, tous et toutes le disent: on ne veut plus être sur la défensive. Ce matin, on découvre une autre perspective. Le monde a changé. Il s'est passé quelque chose qui nous a échappé.

Le maire de Moncton est présent. Il prend la parole... en français; une blessure de moins! Les blessures guéries expliquent peut-être ce nouveau sentiment de confiance. Le monde change, certaines blessures s'effacent. Faut-il toujours ignorer que nous allons mieux?

Au Québec, il y a 50 ans, les travailleurs francophones n'avaient pas accès à un juste traitement, les immigrants choisissaient l'anglais et le commerce se faisait en anglais. Nous nous sommes tranquillement révoltés. Le Québec Inc. a entraîné une cohorte de dirigeants francophones. Les immigrants ont intégré les écoles françaises, puis les commerces se sont affichés en français. Notre monde a changé. Les jeunes anglophones de moins de trente ans sont bilingues.

Le français a pris sa place. Nos compatriotes anglophones l'ont reconnu; nous devrions les saluer. Bien sûr, au Québec, comme ailleurs, il faudra toujours être vigilant pour assurer la promotion du français.

Le Manitoba annonce une loi sur les services en français; Terre-Neuve-et-Labrador aussi. L'Acadie rassemble l'Atlantique. L'Ontario termine une année de célébration du 400e anniversaire de présence francophone. Quelque 400 drapeaux franco-ontariens ont été hissés à la grandeur de la province. Partout au pays, depuis 30 ans, les écoles et les classes d'immersion se multiplient, tous les gouvernements provinciaux et territoriaux recherchent de l'immigration en français.

Tant à faire

Il y a encore tant de progrès à faire. Nous y avons droit: plus d'écoles en français et des immigrants pour les fréquenter.

Mais, dans cette salle, ce 30 octobre, à Québec, 20 années plus tard, il y a comme une fierté francophone retrouvée, une confiance nouvelle portée par un vent de changement dont nous réalisons les effets tout à coup.

Nous ne voulons plus être sur la défensive. Nous ne voulons plus d'une identité unique. La crainte de voir l'identité de l'autre nous submerger s'estompe. Nous ne voulons plus être enfermés dans une seule appartenance. Notre allégeance québécoise n'est en rien diminuée par une appartenance canadienne. Nous voulons toujours être maîtres chez nous, sauf que, sortis de la crainte de l'autre, on redécouvre un territoire d'attachement plus large. Nous avons plus d'un chez-nous.

Notre jeunesse repense notre avenir collectif. Les dernières élections fédérales l'ont démontré. Reprendre notre place au Canada, penser et proposer la vision et les aspirations québécoises du Canada font dorénavant partie de la nouvelle vision des Québécois.

Quelles valeurs les Québécois et Québécoises veulent-ils pour le Canada? Quelle vision proposerons-nous de l'environnement, de l'équilibre des chances pour tous et toutes, de l'écart qu'on doit rétrécir entre les hauts revenus et les bas salariés, de notre rôle international, du respect des individus et aussi des communautés auxquelles ils s'associent?

La couleur québécoise doit être portée par les acteurs politiques, bien sûr. Mais nos artistes, nos intellectuels, nos jeunes, nos représentants syndicaux et environnementaux, nos gens d'affaires peuvent proposer la vision québécoise d'une démarche commune. Se rapprocher ne veut pas dire «disparaître». C'est plutôt le contraire: c'est prendre notre place avec notre vision et nos aspirations.

Nous pourrions commencer par notre retour, comme Québécois et Québécoises, dans la famille francophone canadienne.

Nos compatriotes franco-ontariens, franco-albertains, fransaskois et tous les autres ont tenu le fort. Leurs combats, leur insistance, leur persistance nous ont préservé une résonance francophone à la grandeur de notre pays. Nos communautés francophones sont nos racines et nos repères qui alimentent et guident la réappropriation de notre appartenance canadienne.

Depuis 50 ans, on nous dit que le Québec est notre seul chez-nous, on nous dit qu'ailleurs, c'est chez eux. Mais si chez eux, c'était aussi un peu chez nous?

En chemin, on découvrira peut-être non seulement une francophonie canadienne bien vivante avec ses artistes et ses acteurs économiques et sociaux, mais aussi - oh surprise! - une anglophonie s'ouvrant tranquillement à l'avantage francophone. Réciproquement, je crois et j'espère, nous apprendrons l'avantage canadien.

Au passage, je nous le souhaite, nous nous serons préoccupés de cette jeune Amérindienne qui nous a rappelé, ce matin, la mémoire et la présence de ceux et celles qui nous ont ouvert la porte les premiers. À nous de les accueillir, maintenant.

Viendra un moment, les couteaux sur la gorge remisés, la connaissance, le respect réciproque et la confiance retrouvée, où l'on signera, dans la formalité, une citoyenneté accueillant notre communauté nationale québécoise. Ce n'est pas une question d'échéancier, mais une affaire de volonté.

En ce 30 octobre 2015, 20 ans plus tard, il y a peut-être une autre option: se dire que nous sommes Québécois et que c'est notre façon d'être Canadiens.

L'auteur, Jean-Marc Fournier, est le ministre québécois responsable des Affaires intergouvernementales canadiennes et de la Francophonie canadienne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer