Pour une nouvelle perspective sur l'Afrique

Le vision du monde de Justin Trudeau et son... (Nicholas Kamm, Agence France-Presse)

Agrandir

Le vision du monde de Justin Trudeau et son vif intérêt de renouer avec la politique traditionnelle du Canada suscitent beaucoup d'espoir.

Nicholas Kamm, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le nouveau premier ministre Justin Trudeau ouvre des perspectives nouvelles en politique étrangère. Sa vision du monde et son vif intérêt de renouer avec la politique traditionnelle du Canada suscitent beaucoup d'espoir. L'Afrique aussi espère retrouver un interlocuteur attentif.

Depuis les années 1960, le Canada a toujours été sensible aux problèmes des jeunes États africains nouvellement indépendants. Mais pendant la décennie écoulée, le Canada s'est éloigné politiquement de l'Afrique. La dynamique de la coopération s'est modifiée en donnant priorité essentiellement à la croissance économique et aux investissements privés. Il n'a manifesté que peu d'intérêt politique à l'égard de l'Afrique.

Maintenant, une opportunité se présente. Ottawa devrait axer sa politique africaine sur trois volets (politique et diplomatique; humanitaire et développement; et économique et investissements privés) pour lancer un signal clair que le Canada de Justin Trudeau a une réelle volonté de renouer avec l'Afrique.

Le volet politique renforce les relations bilatérales entre les États et ouvre des portes pour des opportunités d'affaires. Le Canada est le seul pays développé qui n'a pas un passé colonial en Afrique et qui pouvait se prévaloir d'être un partenaire privilégié de l'Afrique, dans la mesure où il appartient à deux organisations intergouvernementales (Francophonie et Commonwealth) dont la plupart des pays africains sont membres. L'assistance humanitaire et l'aide publique au développement ont vu leur budget se fondre comme neige au soleil. Le Canada a sensiblement réduit sa participation aux opérations de maintien de la paix en Afrique, alors que le nombre de conflits armés n'a cessé d'y augmenter au courant des 10 dernières années.

Selon l'OCDE, l'aide du Canada se situerait aux alentours de 0,24% du revenu national brut en 2014, alors qu'il devrait normalement être d'au moins 0,7%. La part belle du budget est destinée essentiellement à la promotion des intérêts économiques privés, ce qui n'est pas mauvais chose en soi... si on pouvait faire de même pour l'assistance humanitaire.

L'Afrique regorge d'immenses ressources naturelles qui suscitent bien des convoitises. Les quelques entreprises canadiennes qui y sont présentes investissent essentiellement dans le secteur énergétique et l'exploitation des mines.

Depuis 10 ans, le Canada a signé des accords de promotion et de protection des investissements étrangers avec plusieurs pays africains pour éliminer les barrières discriminatoires. Il peut faire davantage. Il dispose de ressources et de savoir-faire nécessaires pour la construction d'infrastructures de base en Afrique. Pendant que le Canada délaissait l'Afrique pour se tourner vers la Chine et l'Inde, ces derniers se positionnaient en Afrique avec des gros investissements. Aujourd'hui, la Chine y est devenue pratiquement le premier partenaire économique, important massivement les matières premières africaines.

Justin Trudeau a indiqué dans son programme électoral que son gouvernement allait «rétablir le leadership du Canada sur la scène mondiale». Il l'a répété après son élection. Nous avons bon espoir que son gouvernement déploiera des efforts substantiels pour rétablir des rapports cordiaux avec l'Afrique et y consolider des relations politiques, économiques et diplomatiques.

Les populations africaines auront besoin d'un Canada qui parle sincèrement aux dirigeants africains, aussi bien de l'économie et la promotion des investissements canadiens, que de la primauté du droit, de la promotion de la paix, du respect des droits de la personne, de la démocratie, de l'égalité entre les sexes et de la non-discrimination, qui sont des valeurs chères aux Canadiens.

L'auteur, Isidore Kwandja Ngembo, est un ancien conseiller à la direction de l'Afrique centrale et occidentale chez Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer