Rétablir les faits sur l'aréna Guertin

Le conseiller Maxime Tremblay... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Le conseiller Maxime Tremblay

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Depuis l'élection municipale de novembre 2013, la saga entourant le remplacement de l'aréna Robert-Guertin continue de faire couler beaucoup d'encre.

Dès juin 2014, lorsque le conseil de la Ville de Gatineau avait recommandé de retourner en appel d'offres public pour la construction d'un centre multifonctionnel, j'avais proposé de tenter de trouver une solution pour rénover l'ensemble de nos arénas tout en nous assurant de doter l'un d'eux des fonctionnalités qui allaient permettre d'accueillir nos Olympiques. Il m'apparaissait probable que le prochain appel d'offres n'aurait peut-être pas les résultats souhaités. Un plan B m'apparaissait déjà nécessaire! Dès mes démarches à l'automne 2014, il était évident qu'il fallait travailler en équipe avec le gouvernement du Québec pour respecter leurs exigences.

Le 2 juin, plus d'un an plus tard et contre toute attente, le maire Maxime Pedneaud-Jobin a présenté une résolution qui demandait à Québec de pouvoir utiliser la subvention de 26,5 millions $ destinée à la construction d'un centre multifonctionnel pour rénover nos arénas et ce même s'il avait été informé de l'irrecevabilité de cette demande. Pourquoi a-t-il donc choisi d'induire le conseil en erreur en présentant une résolution qu'il savait irrecevable et qui mettait la subvention en péril?

Lors des démarches du comité piloté par Norm McMillan, nous avons présenté la résolution adoptée par le conseil municipal à plusieurs promoteurs potentiels et rapidement le cadre financier proposé était irrecevable et aucune proposition n'aurait été déposée.

Je me demande pourquoi le maire s'entête à travailler seul. Pourquoi ne pas reconnaître le travail effectué par les membres du comité MacMillan qui avaient des solutions à proposer, fin septembre? Pourquoi le maire est-il même allé jusqu'à imposer son droit de veto suspensif - du jamais vu à Gatineau! - pour annuler le vote majoritaire des conseillers qui souhaitaient créer un comité d'élus afin d'assurer du leadership dans le dossier du remplacement de l'aréna Guertin? Pourquoi un tel entêtement à travailler en catimini?

Le maire Pedneaud-Jobin commet une erreur lorsqu'il affirme que c'est grâce à ses efforts que des organismes sans but lucratif ont signifié leur intérêt à construire et à gérer le projet qui nous permettra de garder les Olympiques dans la région. C'est plutôt son manque d'ouverture et de vision qui font en sorte que nous sommes toujours paralysés à la case départ, que nous mettons à risque la subvention de 26,5 millions $ et qu'aucun projet n'aurait été déposé.

Un redressement était vraiment nécessaire.

L'auteur, Maxime Tremblay, est conseiller du secteur du Plateau à la Ville de Gatineau.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer