L'ailleurs, est-ce vraiment ici?

Qu'est-ce qui distingue l'Outaouais? Quel élément incontournable inciterait les... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nathalie Brunette

L'auteure est consultante en communication à Gatineau.

Qu'est-ce qui distingue l'Outaouais? Quel élément incontournable inciterait les touristes à venir ici au lieu d'ailleurs? Comment la positionner parmi les plus attrayantes?

L'idée est de définir une proposition de vente unique et attractive pour l'Outaouais, qui n'existe nulle part ailleurs; d'utiliser un message fort qui nous différencie de la concurrence.

Or, de dire que l'ailleurs, c'est ici, ça ne me semble ni fort, ni clair, ni unique.

Il est beau le parc de la Gatineau mais d'autres régions du Québec sont munies d'espaces et de parcs naturels beaucoup plus spectaculaires.

Faites une balade dans la réserve faunique des Chic-Chocs, dans le parc de la Mauricie, celui du Mont-Tremblant ou le parc national du Fjord-du-Saguenay, et vous verrez qu'ailleurs, c'est parfois plus beau qu'ici.

Un inventaire rapide: le casino, le Nordik, le Parc Oméga, de belles pistes cyclables, quelques brasseries locales, des paysages bucoliques, quelques bonnes tables et des festivals. Nous avons de beaux attraits, mais les autres régions en ont tout autant, sinon plus.

Et que dire de Gatineau, le coeur urbain de la région touristique, dont le centre-ville, selon Google Maps, se trouverait... au coin de Gréber et Maloney. Imaginez le touriste cherchant un hébergement à proximité du centre-ville pour se balader à pied, et qui se ramasse au motel Montcalm! Bienvenue à Gatineau.

Il faut se mettre dans la peau des touristes. Ils magasinent et sont bombardés d'offres de toute part. Est-ce qu'on les attirera en leur disant qu'ailleurs, c'est ici? Alors, qu'est-ce qui distinguerait l'Outaouais?

Deux pistes

Voici deux pistes. D'abord, le caractère patrimonial et culturel: l'Outaouais est une fenêtre privilégiée sur l'histoire de notre pays, et je pense qu'il y a là un filon. L'Outaouais, tout comme la rivière qui sépare le Québec de l'Ontario, porte le nom d'une ancienne bande anishnabe (algonquine) qui occupait le territoire à l'époque des premiers arrivants européens. Quelle autre région du Québec compte sur son territoire ou tout près : le Musée canadien de l'histoire, le manoir de Louis-Joseph Papineau, le domaine Mackenzie King, le Musée des beaux-arts du Canada, le Musée de la Guerre, la Cour suprême, la Monnaie royale, le Parlement...

Il y a déjà cinq pages de lieux touristiques sur le site web de Tourisme Outaouais. Voilà ce qui est unique à l'Outaouais, alors pourquoi ne pas utiliser cet angle comme principal attrait pour se distinguer des autres régions? L'histoire, ça peut aussi être sexy. Agwàtà en est un fier exemple, et il faut bâtir sur cette idée.

Coup de coeur

Puis, il y a la proximité avec la capitale nationale. Aucune autre région ne peut se vanter d'avoir la capitale nationale et le parlement en toile de fond, avec tous les attraits qui viennent avec.

J'ai un coup de coeur chaque fois que je regarde la falaise et le Parlement à partir du pont Alexandra, ou que je regarde le soleil se coucher sur les collines de l'Outaouais à partir de l'Astrolabe. Il faut travailler de mise avec Tourisme Ottawa, lâcher les complexes et surfer sur cette vague. Des milliers de touristes sont là, à notre portée. Savent-ils seulement que le Québec est de l'autre côté du pont?

La proximité de notre culture francophone est un atout intéressant pour Tourisme Ottawa; il y a une situation gagnant-gagnant à développer.

Le tourisme s'est bien porté cette année en Outaouais. Tourisme Outaouais a fait un travail remarquable et n'hésite pas innover. Mais il ne faut pas s'en satisfaire. Le tourisme est en hausse partout au pays, et la faiblesse du dollar en est grandement responsable. Il semble y avoir un contexte favorable aux changements chez Tourisme Outaouais.

À la base, on a un produit très intéressant, qui nécessite simplement de nouveaux vêtements.

L'auteure, Nathalie Brunette, est consultante en communication à Gatineau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer