Le maire minimaliste

Maxime Pedneaud-Jobin... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Maxime Pedneaud-Jobin

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul-André Aubin

Le fiasco du remplacement de l'aréna Robert-Guertin est une démonstration du faible leadership du maire Maxime Pedneaud-Jobin. La tentative de récupérer les 26 millions $ afin de les éparpiller dans les arénas de Gatineau démontrait une naïveté déconcertante des enjeux politiques en place.

Toutefois, il n'est pas le seul à blâmer. Les députés de l'Outaouais ont torpillé ce projet initialement présenté en PPP avec l'équipe de Marc Bureau. Ces mêmes députés ont cautionné l'aréna de Blainville et ont voté pour le nouveau Colisée. Rien de surprenant ici, car l'Outaouais a toujours été représentée par des «régents des tours».

Pedneaud-Jobin avait accusé Bureau d'être «minimaliste» dans son type de gestion. Vraiment? Sous sa gouverne, la construction du complexe Branchaud-Brière et le Rapibus, malgré certains ratés, sont deux réalisations majeures.

Qui plus est, la construction d'une bibliothèque centrale serait probablement en cours n'eut été de sa défaite. Bien que peu loquace devant un micro, Bureau a laissé de belles réalisations à Gatineau. À l'opposé, nous avons un maire qui est, comme dit l'adage, «gros parleur, petit faiseur».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer