Brigil, les tours, la rue Morin et le Gîte Ami

Le quartier du Musée... (Courtoisie, Brigil)

Agrandir

Le quartier du Musée

Courtoisie, Brigil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
René Coignaud

À Gilles Desjardins, président de Brigil.

Votre projet de tours dans le quartier du Musée soulève les passions. Il ravive surtout les plaies mal cicatrisées causées par les tours à bureau des années 1970, qui ont détruit le quartier et son tissu social, sans bénéfices évidents pour les résidents.

Il est naturel qu'une tour géante soit accueillie défavorablement par ses voisins immédiats pour lesquels elle n'apporte aucun bénéfice. Avec le peu de ruissellement de richesse que des milliers de fonctionnaires procurent au quartier, plusieurs doutent de la manne qu'apporterait votre projet.

Certes, vous proposez d'amener des résidants et des touristes fortunés à proximité. Ils devraient y dépenser de l'argent dans les commerces, même après 17h et les fins de semaine. C'est ce qu'on réclame depuis toujours. Vous proposez un projet majeur sans aucune expropriation, sans ombre sur les résidences et situé au coeur du centre-ville, en haute densité.

Néanmoins, plusieurs y voient encore un précédent dangereux, une boîte de Pandore qui transformera l'ancien «p'tit Chicago» en futur «petit Hong Kong».

Les résidants de l'Île-de-Hull voient des logements dispendieux être érigés alors que bon nombre d'entre eux luttent pour être logés décemment. Il est bien normal que ça cause du ressentiment. Les craintes d'être éventuellement évincés pour faire place aux privilégiés de la société sont légitimes. Cela a été le cas dans le passé et c'est généralement le cas quand un quartier s'embourgeoise.

Je suis de ceux qui ont été déçus que l'excellente proposition de la Ville de Gatineau pour la rue Morin ait été boudée par les promoteurs immobiliers, dont vous. On y prévoyait de la mixité sociale et des ateliers pour artistes. C'est ce dont a besoin notre quartier. Également, il y a ou il devrait y avoir un malaise à voir de plus en plus de gens fortunés s'y installer, alors que le Gîte Ami peine à rendre les services minimaux aux plus défavorisés.

Je vous propose d'être notre allié, de montrer que vous n'en avez pas que pour les riches. Pourquoi ne pas réaliser le projet de la rue Morin? N'y oubliez surtout pas le logement abordable. Ce qui a été perdu par la destruction des taudis doit être compensé et bonifié. Pourquoi ne parraineriez-vous pas le Gîte Ami? Vous seriez alors perçu comme un bâtisseur de quelque chose de bien plus grand que n'importe quelle tour. Tous seraient alors mieux disposés à voir votre projet de tours pour les bénéfices qu'il promet et à en tolérer les contreparties incommodantes. Vous laisseriez réellement un héritage remarquable pour le centre-ville, tant en hauteur qu'en profondeur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer