Les gros méchants vendeurs de lunettes

Les lunettes sur Internet, quelle aubaine, non? Nous avons tous un collègue qui... (Photos.com)

Agrandir

Photos.com

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sheila Laplante

Optométriste propriétaire

Les lunettes sur Internet, quelle aubaine, non? Nous avons tous un collègue qui a acheté ses lunettes sur Internet pour 17, 52$. Et pendant ce temps, il y a des opticiens et optométristes qui ont le culot de charger 300, 400, 500$ pour les mêmes. Quels voleurs!

Peut-être que notre clinique indépendante de quartier exige un peu plus pour ses lunettes parce qu'elle a un loyer à payer? Peut-être qu'elle embauche des gens pour servir la clientèle? Et peut-être que ces employés prendront les sous gagnés au travail pour encourager votre propre commerce? Peut-être que la clinique indépendante de quartier a des taxes municipales à payer dans votre ville, des impôts dans votre province et dans votre pays. Peut-être qu'elle embauche des comptables de la place, des notaires, la boîte d'informatique.

Exagérons donc un peu. Peut-être que cette clinique offre vraiment de meilleurs produits? Peut-être que ces lunettes dureront plus longtemps, plus confortables, mieux ajustées, et tout simplement meilleures? Peut-être viendront-elles avec du service? Avec un contact humain?

Mais bon, ces opticiens et optométristes vous volent non? Un des géants de l'industrie en train de développer un test de la vue pour téléphone intelligent. Parce qu'on sait tous qu'un téléphone peut faire la même chose qu'un professionnel de la vue qui a cinq ans et demi d'université... Le glaucome, les décollements de rétine et l'amblyopie, ce sont des gros mots que les scientifiques ont inventés pour vous faire peur. Les examens de la vue ne sont pas si importants finalement?

Qui suis-je pour dire tout ceci? Je suis biaisée. Je suis l'une des méchantes. Je suis la fille de 35 ans qui examine les yeux de vos enfants et qui vous dit à l'occasion qu'ils ont besoin de lunettes. Je suis la fille qui embauche des gens, qui sont sa deuxième famille, et qui stresse de voir la gangrène dans le milieu de l'optique. J'ai peur de ne plus pouvoir offrir ces emplois. J'ai peur que mes patients soient dupés et aient des séquelles permanentes à leurs yeux. J'ai peur que pour compenser, les prix d'examens ne cessent d'augmenter et deviennent moins accessibles, comme dans toutes les autres provinces canadiennes. Je suis aussi la fille qui croit en ce qu'elle fait, croit en ce qu'elle offre, croit en ses patients et qui n'a pas le choix de croire que ce n'est qu'une mauvaise passe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer