Aime-t-on mieux appuyer les 67's d'Ottawa?

C'est surréel ce qui se passe avec les Olympiques de Gatineau: une subvention... (ARCHIVES, LeDroit)

Agrandir

ARCHIVES, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Morin

C'est surréel ce qui se passe avec les Olympiques de Gatineau: une subvention de 26 millions$ de Québec déjà autorisée pour un nouvel amphithéâtre, la Ville de Gatineau a déjà réservé 30 millions$ pour ça et on risque malgré tout de tout perdre!

On veut quoi? Que tout l'argent dépensé aux Olympiques soit plutôt dépensé aux 67's d'Ottawa?

Les Olympiques, ce n'est pas juste l'affaire de 4000 spectateurs (ce ne sont pas toujours les mêmes). Près de la moitié de la ville suit les Olympiques, plus en tout cas que pour l'ensemble des manifestations en arts et culture. Mais encore une fois, c'est plus chic d'aider les artistes que les sportifs d'élite et c'est pourquoi les gouvernements tendent à aider plus les arts et spectacles que les sports d'élite, les arts sont démesurément subventionnés par rapport aux sports d'élite malgré que les arts soient loin d'être toujours édifiants. Un juste rééquilibrage est dû.

Si on veut encourager la participation sportive, il faut à la fois encourager la participation de tous et créer des modèles avec le sport d'élite. De plus, il y a rarement plus forte manifestation de fierté de Gatineau que celle que l'on retrouve aux matches des Olympiques. Abandonner cela est un crime. Une sortie aux Olympiques fait partie d'un must en offre de divertissements familiaux abordables pour la quatrième ville du Québec. De plus, c'est une publicité positive de Gatineau.

Quelle est la participation financière des artistes à Agwatà et à la Maison de la culture? Pourquoi alors exiger cela des Olympiques? De toute façon, nous avons besoin d'investir dans nos arénas. Le nouvel amphithéâtre des Olympiques ne serait pas du luxe.

Exiger une mise de fonds n'est qu'une question de sémantique. En admettant que les Olympiques utilisent 20% du temps de l'aréna dont ils sont propriétaires à 20%, on n'a rien gagné puisqu'on ne pourra pas alors exiger de loyer mais seulement les frais d'immeubles. En fait, c'est exiger des propriétaires des Olympiques de retourner leurs bénéfices dans la communauté. Ce n'est pas aider l'économie locale d'agir ainsi. À vrai dire, c'est même plus rentable à long terme pour Gatineau de louer aux Olympiques. Ainsi ils continueront à payer un loyer même quand leur part dans l'immeuble aura été récupérée. Il suffit juste d'avoir des garanties solides en contrepartie du bail pour la ville. On n'a pas besoin d'un Centre multifonctionnel, juste d'un aréna.

Au lieu de manoeuvrer pour une bibliothèque centrale qui est déjà un concept obsolète, on doit plutôt investir dans des conditions pour assurer la pérennité des Olympiques. Il est plus facile de conserver l'équipe que de la regretter et ne plus savoir le temps qu'il faudra pour les ravoir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer