Une nouvelle loi sur l'immigration

Gilles Levasseur... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Gilles Levasseur

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gilles Levasseur

Le gouvernement de l'Ontario a adopté une nouvelle loi sur l'immigration. Il s'agit d'une grande victoire pour les Franco-Ontariens car elle reconnaît aux collectivités la capacité d'attirer, d'accueillir et d'intégrer des immigrants.

C'est la première fois que la communauté franco-ontarienne est formellement reconnue dans une législation provinciale. Il s'agit d'un droit qu'elle peut réclamer à titre de nation, de collectivités, de communautés afin d'assurer leur développement, épanouissement et vitalité. Les francophones doivent travailler avec le gouvernement afin que l'immigration de francophones maintienne ou augmente leur pourcentage au sein de la population ontarienne.

L'Ontario a grandi et prospéré avec l'aide d'une tradition d'immigration qui a joué un rôle fondamental dans l'établissement des valeurs sociales, économiques et culturelles.

Pour ce faire, l'Ontario doit collaborer avec le gouvernement du Canada au recrutement et à la sélection d'immigrants et de travailleurs étrangers temporaires.

Les Franco-Ontariens doivent prendre les devants et proposer aux deux ordres de gouvernements des moyens afin que la sélection d'immigrants parlant français représente de 8 à 10% de tous les nouveaux arrivants en Ontario. Nous sommes présentement très loin de ce pourcentage et ceci affecte le poids démographique des francophones.

Plusieurs immigrants vont naturellement s'intégrer dans le groupe majoritaire. Les Franco-Ontariens ne possèdent pas toujours les moyens et les infrastructures afin de les intégrer. Mais ils doivent collaborer avec les municipalités et les employeurs, notamment, afin de répondre aux besoins à court et à long terme du marché du travail en Ontario. De plus, les francophones doivent travailler avec le gouvernement de l'Ontario pour faciliter l'intégration rapide d'immigrants à leur réalité économique et sociale.

Les Franco-Ontariens doivent participer activement à la mise en oeuvre de cette législation, car elle constitue une reconnaissance formelle d'un droit collectif: celui des communautés franco-ontariennes de prendre en main leur immigration.

Cela implique d'en faire une priorité stratégique, car si les Franco-Ontariens n'ont pas un plan pour eux, d'autres en auront.

En vertu de la législation, les francophones pourront établir avec diverses organisations, comme les conseils scolaires et les institutions d'enseignement postsecondaire, des programmes pour favoriser l'établissement et l'intégration d'immigrants en Ontario. Les Franco-Ontariens pourront établir des programmes de sélection et les régir. Ceci comprend une procédure de sélection des étrangers en vue de leur admission au Canada à titre de résident permanent ou temporaire.

Toute personne ou organisme pourra présenter une demande d'agrément au titre d'un programme de sélection des immigrants. Des employeurs pourront agir comme recruteurs et présenter une offre d'emploi à un étranger.

Les Franco-Ontariens doivent donc rapidement s'organiser afin de profiter de cette nouvelle opportunité et ceci commence un plan d'une collectivité décrivant les moyens et les approches afin de mettre en branle une sélection d'immigrants.

Ceci est une occasion pour les Franco-Ontariens de définir leur avenir, de s'organiser et assurer leur survie et leur épanouissement en Ontario.

Gilles LeVasseur

L'auteur est constitutionnaliste et professeur à l'Université d'Ottawa.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer