Il y a exactement 400 ans aujourd'hui

Paul-François Sylvestre.... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Paul-François Sylvestre.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul-François Sylvestre

L'auteur est un écrivain franco-ontarien.

Le Droit

On connaît beaucoup de choses sur Samuel de Champlain, surtout depuis les recherches de l'historien américain David Hackett Fischer (Le Rêve de Champlain, Boréal, 2011, traduction de Daniel Poliquin). Mais le lien de cet explorateur français avec l'Ontario passe souvent presque inaperçu.

On corrigera le tir cette année en soulignant avec tambours et trompettes les 400 ans de la présence française en Ontario.

Si on souligne ce 400e anniversaire en 2015, c'est qu'on tient à rappeler le voyage que Champlain effectua en Huronie en 1615. Pourtant, on aurait pu célébrer ces 400 ans en 2010, puisqu'Étienne Brûlé est venu en Ontario en 1610. Envoyé par Champlain, le «truchement» ou interprète Brûlé n'a pas laissé de traces; il ne savait ni lire ni écrire et il y avait personne avec qui il pouvait échanger en français.

Champlain, lui, a raconté son voyage et, qui plus est, il a amené avec lui le missionnaire récollet Joseph Le Caron, qui a célébré la première messe en Ontario le 12 août 1615. Voilà des preuves tangibles de présence française! D'où le choix de 1615 comme année de la première présence française en Ontario.

Champlain a ni plus ni moins vu les rives de l'Ontario dès mai 1613 puisqu'il s'est rendu jusqu'à l'Isle-aux-Allumettes, dans la rivière des Outaouais.

C'est lors de ce voyage qu'il aurait vraisemblablement perdu son astrolabe.

Comme les Algonquins se méfiaient des visées expansionnistes des Blancs et contrôlaient jalousement le va-et-vient sur la rivière des Outaouais, Champlain décida de rebrousser chemin. Disons qu'il a entr'aperçu un petit côté de l'Ontario actuel en 1613.

Un petit clin d'oeil.

Deux ans plus tard, Champlain suit la rivière des Outaouais jusqu'à la rivière Mattawa, emprunte le lac Nipissing, puis la rivière des Français et atteint la baie Georgienne le 1er août 1615. Le but de l'explorateur est de s'allier aux Algonquins et aux Hurons-Wendats pour livrer une bataille aux Iroquois.

L'expédition échoue, Champlain est blessé et ses amis autochtones l'obligent à passer l'hiver de 1615-1616 en Huronie. Il en profite pour rédiger une description détaillée des moeurs et coutumes des Autochtones, puis rentre au Québec en juin 1616.

Quelles traces Champlain a-t-il laissées en Ontario?

Les toponymes Rideau et Chaudière - rivière et chutes - tirent leur origine d'une description précise qu'il a donnée. Un parc provincial de 2 550 hectares porte son nom près de Mattawa. Le canton de Champlain, près de Hawkesbury, est aujourd'hui peuplé à 70% de Franco-Ontariens et comprend des villages tels que L'Orignal, Vankleek Hill et L'Ange-Gardien. Un organisme de recherche fondé en 1905 s'appelle The Champlain Society. Il y a une école secondaire catholique Champlain à Chelmsford, une école élémentaire Champlain à Welland et une école publique Champlain Discovery à Pembroke. Le Motel & Restaurant Champlain est situé à Plantagenet, le Centre d'accueil Champlain pour les aînés est à Ottawa et il y a le Centre d'accès aux soins communautaire de Champlain, qui couvre tout l'Est ontarien.

Quant au lac Champlain, il fait un clin d'oeil au Québec et au Vermont.

Il faut bien partager l'explorateur!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer