Le double discours du gouvernement du Québec

Jean-Mathieu Chénier a reçu le Prix Claude-Masson des... (Photo fournie par l'auteur)

Agrandir

Jean-Mathieu Chénier a reçu le Prix Claude-Masson des mains du ministre du Travail, Sam Hamad, et de Bruno Masson, fils de M. Masson, ancien éditeur adjoint de La Presse, décédé en 1999.

Photo fournie par l'auteur

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-Mathieu Chénier

Le 14 avril, en compagnie de 14 jeunes lauréats, j'ai eu l'honneur de recevoir le prix Hommage-Bénévolat dans la catégorie Jeune Bénévole - Prix Claude-Masson lors d'une cérémonie à l'Assemblée nationale. J'en suis vraiment fier et que je trouve important que le Québec et son gouvernement reconnaissent l'apport des bénévoles à la société québécoise.

Je ne me suis jamais impliqué pour recevoir des prix, mais bien pour faire une «différence». J'ai toujours ressenti le désir, voire le besoin, de m'impliquer en aidant les autres et en dynamisant mon milieu. Si vous saviez à quel point j'ai du plaisir à le faire! En plus de donner un sens à ma vie, c'est ce qui m'allume, ce qui me passionne!

Malheureusement, il y a actuellement une ombre au tableau. L'incertitude et le manque de financement causés par les réformes entreprises par le gouvernement libéral rendent de nombreux organismes de plus en plus vulnérables. En tant que bénévole, tout comme plusieurs autres à travers la province, je me retrouve à devoir défendre le mandat des organismes auprès desquels je me suis impliqué. La raison d'être des organismes qui m'ont permis de prendre ma place en tant que citoyen engagé est remise en question et même les bénévoles honorés par différentes instances sont plus que jamais appelés à devoir justifier la pertinence de leurs actions.

J'ai donc de la difficulté à me réjouir et apprécier pleinement les louanges qui me sont allouées. En acceptant ce prix, le gouvernement actuel me félicite de la main gauche, mais de la main droite, coupe, fragilise et change profondément les aspects de la société qui sont à la base même de mon engagement. Le plaisir dans mon implication citoyenne s'estompe et disparaît peu à peu. La possibilité de continuer à m'engager comme je le fais depuis plusieurs années est aujourd'hui mise en péril.

Malgré cela, je veux continuer à m'impliquer. Je veux continuer à croire que je peux faire une différence grâce à mon engagement. Je demeure par le fait même confiant que la société québécoise voudra conserver un Québec où il fait bon s'impliquer. Un Québec qui, en plus de reconnaître l'engagement de ses bénévoles, aspire à trouver des moyens innovants et audacieux pour que l'implication bénévole soit la plus agréable possible et conserve son rôle, comme on nous l'a répété maintes fois lors de la cérémonie à l'Assemblée nationale, de «véritable ciment de la société».

La semaine passée, on m'a honoré, mais on risque aussi dans un avenir rapproché de m'enlever la possibilité même de continuer à faire cette différence.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer